Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Autre liens

. Webcam Strasbourg
  ACTUALITE
EN LIGNE
. Rue 89
Le monde 
Libération 
  Le Figaro
. L'express 
  Le point
   
. HoaxBuster
. Charlatans
  Allo Streaming 
   

Pensées

« Vis ta vie comme si tu devais mourir demain. Apprend comme si tu devais vivre toujours »
Mahatma Gandhi

« Plaire à tout le monde, c'est plaire à n'importe qui »
Sacha Guitry

« Délaisse les grandes routes, prends les sentiers »
Pythagore

« N’estime l’argent ni plus ni moins qu’il ne vaut : c’est un bon serviteur et un mauvais maître» 
A. DUMAS Fils

« La richesse est un instrument dont on use, et non un dieu que l’on vénère» 
Calvin Coolidge

« Comment savez-vous si la Terre
n'est pas l'enfer d'une autre planète ? »

Aldous Huxley
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 09:43
Vite aux abris !
L'ex est de retour ! Arghh !!
Pas vraiment en fait. Elle n'est jamais très loin même si je n'en parle pas beaucoup.
Disons qu'hier après midi elle était très en forme et m'a pris le chou un peu plus que d'habitude.
Au menu la désobéissance de N, son impertinence, et ce bien sûr toujours au retour d'un week end chez moi .... Et puis son mari, son rôle ... Et le droit de ceci et de cela que je donne à N ... Le tout soupoudré des éternelles suspicions et menaces à peine voilées que l'histoire m'a appris à ne jamais négliger.

Ayant réussi l'exploit de ne pas me mettre en colère j'ai d'abord écris un long texte pour me calmer. Pour moi.
Que j'ai raccourci, transformé en mail, rendu moins dur. Que j'ai hésité à envoyer. Pour ce qu'elle en fera me suis-je dit ! Que j'ai finalement envoyé. Les écrits restent.
 
Ce que c'est lassant vous n'imaginez pas d'avoir quelqu'un qui vous a en permanence en ligne de mire à essayer de vous trouer la peau comme un sniper en embuscade qui maintient constante la pression. Quelqu'un qui souffle le chaud et le froid selon ses humeurs, presque aimable un jour, totalement hystérique le lendemain.
Mon psy est très confiant puisqu'il pense qu'à moins de se trouver une nouvelle cible elle ne s'arrêtera jamais !!!
Chouette, je suis tombé sur l'inventrice du mouvement perpétuel !
Ceci dit si quelqu'un se sent la vocation de cible vivante, qu'il n'hésite pas à prendre contact avec moi, on arrangera le coup.
 
Qu'est-ce que tu crois ? Que je passe mon temps à programmer N à te désobéir ?
J'ai bien autre chose à faire et c'est me prêter bien des pouvoirs que je n'ai pas.
Ce ne serait déjà pas dans son intérêt  mais demande toi également si même ce serait dans le mien.
Lui apprendre à désobéir à sa mère ne ferait que préparer sa désobéissance à mon égard. Je n'aurais pour résultat que de me décrédibiliser.
J'ai une formule consacrée. "Quand tu es chez maman, tu obéis à maman. Quand tu es chez papa tu obéis à papa. Il y a des règles la bas et d'autres ici. Comme il y en d'autres à l'école ou d'autres encore au judo. C'est la vie, tu vas apprendre."
 
Je n'ai pas de problème d'obéissance avec cet enfant. Il ne semble pas qu'il y en existe non plus ailleurs.
Alors interroge toi et cesse de me ruer dans les brancards et d'instrumentaliser le moindre acte de désobéissance ou d'impertinence à ton encontre pour tenter de justifier la mauvaise influence que j'aurais sur lui ...
C'est un peu facile de faire porter le chapeau à autrui.
"Moi et mon merveilleux mari on fait tout bien mais son zèbre de père casse tous nos efforts"
 
Je suis ouvert au dialogue mais pas à ces recurrentes mises en cause toutes les fins de week end ou de vacances.
 
J'éduque N dans des valeurs de respect, d'obéissance, d'honnêteté, de loyauté, de partage, de sincérité.
Je n'utilise pas les mêmes moyens que toi et je ne place pas le curseur au même endroit.
Sur l'exemple que tu citais cet après midi ou il ne cessait de demander à cinq reprises une feuille pour dessiner. Tu décides de la punir. Très bien. Moi pas. Je dis non une cinquième fois. Et je continue de dire non jusqu'à ce qu'il se lasse. Il fait l'apprentissage que lorsque je dis non c'est non. Voilà, le message passe. Et peu à peu le nombre de non à marteler diminue.
Je n'ai rien à dire, jusqu'à certaines limites, sur ta façon d'éduquer N. Je pense que tu fais au mieux.
Eh bien moi aussi.
Si c'est un délit de ne pas penser comme toi et que mes préceptes d'éducation sont mauvais et font de moi un mauvais père qu'on me le fasse savoir.
Nous répondrons.
 
Un exemple sur la valeur sincérité :
Samedi matin il me demande s'il peut manger un bonbon. Je lui sort la boite, la pose sur l'évier et vaque à autre chose sans plus faire attention à lui. Un moment après il m'appelle et me dit "je n'ai pas encore choisi de bonbon. Je vais maintenant en choisir un"
Je sens bien sûr l'enfume à plein nez.
"Tu n'en a pas déjà mangé un ?"
"Non, je n'en ai pas encore mangé, j'ai pas choisi"
"Tu es sûr de ta réponse ?"
"Oui"
J'ai plusieurs choix ;
1) Aller lui sentir la bouche et le punir pour m'avoir menti.
2) Sûr de mon fait, lui affirmer qu'il est en train de mentir, refuser ce deuxième bonbon ...ou  le disputer ....voir le punir !
3) Le responsabiliser et lui demander de réfléchir à sa réponse.
"N. Je ne veux pas de mensonge entre nous parcequ'alors je ne pourrai plus te faire confiance. Cela veut dire que je ne te croirai plus quand tu me diras quelque chose. Réfléchis encore à ta réponse. Ce n'est pas plutôt que tu en as déjà mangé un et que tu en voudrais un deuxième ?"
Cela a duré cinq six secondes, le temps qu'il pèse le pour et le contre.
"Heu oui, j'en ai déjà pris un et j'en aimerais bien un autre"
"C'est bien N, tu as choisi la bonne réponse et je te remercie de ta franchise"
J'ai laissé passé un moment et je lui ai alors proposé d'en reprendre un deuxième. Je l'ai cette fois observé. Il a pris un bonbon, a refermé la boite et est allé la ranger tout seul.
 
On peut discuter et même critiquer ma façon d'agir en répondant que sa réaction n'a été motivée que par l'intérêt et que je lui avais bien balisé le chemin.
Peut-être. Seulement au moment ou il a pris sa décision il n'était nullement assuré que je l'autoriserai à prendre ce second bonbon.
Il connait aussi la valeur de mes refus.
Ensuite qui peut me dire qu'en le punissant ou le disputant je ne l'entraine pas à mieux mentir et dissimuler pour la prochaine fois ?
 
En tous cas cela se passe comme ça ici. Pour l'éducateur que je suis il importe moins d'être obéi que de le voir comprendre l'enjeu de la situation. Il s'est responsabilisé et a fait le bon choix. C'est plutôt positif.
L'éducation n'est pas une science exacte. J'ai en tous cas là le sentiment de conserver le lien. On pourra toujours revenir dessus ...
 
Oui je lui donne des droits. Celui d'avoir envie ou pas. D'aimer ou pas. De ne pas être d'accord, d'être de mauvaise humeur ou en colère. Le droit de choisir ou celui de préférer.
Il faut être cohérent. On ne peut pas dire en permanence à un enfant "tu es un grand maintenant" toutes les fois que cela nous arrange et lui dénier dans le même temps tous les droits des grands quand cela ne nous arrange pas.
Je ne suis pas là pour le brimer dans son expression mais lui apprendre à la cadrer, la canaliser et lui donner une forme socialement acceptable.
 
Autre chose et pouvant expliquer qu'il a en effet besoin à chaque fin de week end d'une petite période de réadaptation.
Mon choix pour le moment est de vivre seul.
Cela implique que la dicipline de vie au quotidien à laquelle est contrainte un famille de six personnes n'existe pas ici.
Cela signifie également que lorsque N est avec moi je lui consacre presque tout mon temps. La proximité et la complicité qui en résultent ne peuvent se réaliser de la même manière dans ton contexte familial.
Il n'y a aucune permissivité ou laxisme dans mon éducation donnée à N. Il est simplement plus libre ici par le fait.
Si cela aussi est un délit et fait des gens qui choisissent de vivre seuls de mauvais parents qu'on me le fasse savoir.
Nous répondrons également.
 
Concernant le rôle de ton mari je te rappelle que je détiens l'autorité parentale conjointe avec toi seule.
Tu es toi même belle mère de ses enfants et cela ne te confère pour autant aucun droit sur eux.
Tu ne cesses depuis ta rencontre avec Mr L de vouloir le placer en concurrence avec moi dans le rôle de père et d'éducateur de notre fils.
Cette volonté de me disqualifier est une stratégie dévastatrice pour l'avenir.
Je n'aurai eu de cesse de le répéter et ce depuis maintenant quatre ans !
 
Selon tes propres termes "il s'implique beaucoup et sans lui tu ne t'en sortirais pas"
Ce que tu délègues de ton autorité à ton mari te et vous regarde. Je n'ai pas à entrer dans ces questions.
Moi, détenteur de l'autorité parentale conjointement avec toi, je n'ai rien demandé et je ne délègue rien.
Pour moi ce monsieur n'a pas plus d'autorité que peut en avoir une maitresse ou une nourrice.
Il m'est déjà arrivé d'être en devoir de recadrer N sur le sujet. "M à dit ..."
M dit et pense ce qu'il veut mais  "Papa et Maman décident."
 
Il est totalement surréaliste de t'entendre parler exclusivement de "Nous" (toi et ton mari) en matière d'éducation de N.
Vous voulez agir comme si je n'existais pas.
N a son père, vivant, présent, impliqué. Ne vous en déplaise et cela vous chagrine manifestement.
Qu'il vive avec mon fils et moi pas ne change rien à l'affaire.
La nourrice voit quantitativement N beaucoup plus que toi. Je ne crois que cela lui donne de quelconques droits sur l'éducation de N.
Pourquoi si on te suis dans ton raisonnement ne pas transférer à des tiers l'autorité de tous les pères qui pour des raisons professionnelles sont absents de chez eux la moitié du temps ?
 
Tu brandis par ailleurs le statut de beau père comme un étendard. Mais c'est juridiquement et moralement une coquille vide.
Il est tout de même incroyable dans cette société qu'une femme parcequ'elle se remarie puisse avoir la prétention de gommer d'un trait le lignage d'un enfant et de vouloir substituer par confort personnel un parfait inconnu à son père père biologique quand celui-ci est présent et totalement investi dans son rôle.
Toutes ces choses peuvent prendre sens dans le cas d'un père absent, démissionnaire ou décédé.
Ce n'est pas le cas ici à ce que je sache.
 
Je trouve par exemple assez choquant que tu permettes à la maman de Mr L de se faire appeller Mamy. Aussi gentille que soit cette dame elle n'est pas la mamy de N. Elle n'est pas sa famille. Ta mère et ma mère sont ses mamy. Il n'en a pas d'autre.
Si demain je me remarie et que toi même divorces et te remarie une troisième fois, il se passe quoi pour l'enfant ?
Il en sera à combien de mamy ? huit ? Plus un droit de visite à l'ex beau père ? Seulement quand on divorce, on perd son statut de beau père. Pas celui de père. C'est la différence avec la famille et les limites de la famille recomposée.
 
Je n'ai rien contre les familles dites recomposées, le monde va comme il va, mais je suis tout à fait fermé aux mélanges des genres. J'accepte l'idée que les enfants puissent s'adapter à la condition de ne pas leur pertuber tous les repères.
Et concernant N, attention ....
 
Un dernier point. J'insiste encore une fois pour voir et signer tous les documents administratifs relatif à N. Je te remercie d'avoir l'obligeance de me communiquer les informations sur leur teneur mais il m'importe également de les avoir en main propre et de les parapher moi même.
 
Merci de ton attention
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vanille 29/09/2008 21:29

Merci d'avoir pris le temps de répondre à mon commentaire ;)En lisant tes dires, tu me ramènes aux 4 premières années de ma séparation ! Ce fût l'enfer je te l'accorde. Mais pour le bien être de mes enfants j'ai mis de l'eau dans mon vin... résultat aujourd'hui, 9 ans après, il fait toujours ce qu'il veut. Mais j'ai ma conscience avec moi. J'ai appris à relativiser.Mais bon l'avantage est que j'ai mes enfants avec moi, et je comprends que tu défendes tes droits, je trouve cela tellement rare (et beau) !Bon courage en tout cas. et merci de ta visite ;)

Eric 29/09/2008 19:57

Sois la bienvenue Vanille et merci pour tes remarques ; et point trop longue tu n'es ...- Sur ton premier point j'ai fais valoir que la discipline de vie quotidienne qui s'imposait dans une famille de six n'existait pas ici. Que je comprenais tout à fait cela mais qu'il fallait aussi prendre en compte cet inverse pour peut-être expliquer certains comportements de mon fils.- Pour tes deux autres remarques je suis d'accord avec toi. Je comprend que mes réactions et mes arguments peuvent de l'extérieur paraitre manquer d'un peu de souplesse. Mon intransigeance est liée au contexte de ma relation avec la maman et à sa personnalité. Enfin tel qu'elle s'exprime aujourd'hui.Ce qu'on appelle le SAP ou syndrome d'aliénation parentale n'a pas été pour moi qu'une vague idée. Il y a eu une volonté délibérée, tant de sa part que de son blaireau, faut-il l'appeler autrement puisque complice, d'exclure de la vie de N et son père et sa famille. Celle de mon côté je veux dire.
Cette volonté de nuire est allée très loin. Pas loin de pédophilie j'ai été accusé ! J'ai un courrier de son avocate mettant en cause les relations équivoques que j'aurais entretenu avec mon fils ! Il n'y a pas eu de suite. Même son avocate a du penser qu'on attaquait là du lourd et qu'il faudrait bien à un moment ou un autre présenter quelques indices ! La police à l'habitude de ce genre de coups tordus et le retour de baton peut être douloureux.Les premiers mois de la vie de ce blog racontent un peu cela. Un peu seulement. Je ne peux pas tout dire parcequ'on ne me croirait pas. Tout simplement.
C'est à batailler au quotidien pendant des mois et des mois comme un chiffonnier, pour des riens, des détails que j'ai rétabli un peu l'équillibre.
Je ne raconte même pas la guerre qu'il a fallu mener pour avoir le droit de voir mon fils le mercredi et le temps de vrais week end.
Alors c'est vrai que je suis un peu tatillon. Mais ne rien laisser passer est le seul prix pour moi pour exister en tant que père.
Tout ce que tu dis est juste dans un contexte de relations normalisées avec une interlocutrice qui serait surtout soucieuse de l'intérêt de son gamin.
Ce n'est malheureusement pas le cas.
Tu sais, il est difficile d'entendre son ex femme et la maman de notre enfant dire " J'ai toute confiance en M et il fait un excellent père pour N"
Et ça c''était il y a encore quelques jours.
Si je ne maintiens pas une pression constante, je jarte. Zappé, moi et sa famille.
Je sais bien par exemple que pour les enfants, tatie, mamy, papy sont des termes affectifs qu'ils utilisent sans leur donner le même sens que nous adulte.
Mais dans mon contexte je suis obligé d'être vigilant et de veiller à tout.
 
Je sais bien que de tel propos dans la bouche d'un ex peuvent être entachés d'une certaine suspicion.
Ce qu'il y a c'est que tous ces bataillages qui opposent des adultes divorcés autour des enfants sont presque toujours des conflits interpersonnels. Il y a problème parcequ'il y en a toujours un qui déconne, lui ou elle, peu importe, et qui ne remplit pas sa part du contrat. Sinon, c'est cool n'est-ce pas, on discute et on finit toujours par trouver un arrangement qui satisfasse aux intérêts des trois parties en présence.
Donc on ne peut aborder ces question sans mettre l'autre en scène.
Mais je me suis toujours efforcé en écrivant et en racontant tel ou tel évènement de rester dans la limite de la phrase que j'ai mise en exergue sur le bandeau du blog. "Du droit des pères à leurs enfants et de celui des enfants à vivre pleinement leurs deux parents". Je monte au créneau toutes les fois que j'estime que ce droit n'est pas respecté ou menacé d'une façon ou d'une autre.
Si je dois dans ce cadre restreint écorcher mon ex femme au passage je m'en fous. J'ai des billes pour répondre. Il n'est rien que je puisse prouver et on ne trouvera aucun propos diffamant sur ce blog à son encontre.
Je parle de preuve parceque le jour ou elle découvrira l'existence de ce blog, j'ai plutôt intérêt à être droit dans mes bottes ! :-)
...
Bon eh bien je n'ai pas fait court non plus ! :-)

Vanille 29/09/2008 09:19

Bonjour, je suis une maman séparée depuis 9 ans et j'ai la charge de mes enfants. Cet article est très intéressant ! Mais puis-je me permettre dy mettre qq bémols ?Je suis plutôt dans ton cas, à savoir que j'élève (la plupart du temps : pour avoir tenté de refaire ma vie 2 fois... no comment) seule mes enfants et j'ai souvent été confronté aux retours de we difficiles (lui a refait sa vie) : Tu vois ce n'est pas lié au fait d'avoir refait sa vie ou non mais bien que nous n'avons pas forcément les mêmes règles en matière d'éducation. Et si un jour tu refais ta vie, avec une maman, vous serez bien obligés d'appliquer des règles "familiales" et alors tu comprendras certains de ses dires (à ton ex). J'étais comme toi avant d'être moi-même confrontée au problème et aujourd'hui, je suis plus souple quant aux retours... 2/ Pour les documents admistratifs, je peux t'assurer (surtout en grandissant) qu'il est quasi-impossible d'attendre la "signature officielle de l'autre parent" en permanence. Aujourd'hui en fonction de l'importance je me contente de l'appeler, de l'informer verbalement .Et 3ème point, et là je peux parler de mon expérience, j'ai vécu avec un papa d'un petit bout de 3 ans, qui lorsqu'il venait chez mes parents a lui même décidé d'appeler ceux-ci papyX et mamyX, ce n'était que sa manière de ne pas se sentir différent de mes enfants (tout simplement) sa maman avait le même raisonnement que toi à ce sujet mais nous lui avons expliqué et comme toi nous lui avons laissé le droit de choisir... Les enfants savent très bien qui sont leurs "vrais" papy et mamy" et le reste n'est lié qu'à une manière d'intégration. Pour ma part, mes enfants ont appelé "mamy et papy" d'autres personnes, qu'ils ne voient plus et en parlent aujourd'hui simplement comme un bon souvenir. Rien qui ne les a traumatisé je peux te l'assurer.Je ne me fais pas l'avocat du diable, ne le prend pas comme çà surtout, j'aime tes écrits et qui je serai pour juger ou condamner qui que ce soit ? Mais juste ici pour donner un autre avis, une expérience...Bonne continuation (désolée si c'était un peu long...)

Eric 25/09/2008 10:31

Non, pas vu passé ton com :-)Je ne sais pas si je suis inquiet. Un peu quand même connaissant son extrémisme. Surtout elle me fatigue ...

Sandra 24/09/2008 14:15

J'ai raté mon com hier ou j'ai loupé quelque chose, car je croyais l'avoir laissé en tout cas ;)En ce qui concerne les beaux-parents, je suis entièrement d'accord avec toi Eric ... Et pour N et sa mère, ne t'inquiète pas trop, à un moment donné, ton fils saura ouvrir les yeux de lui-même (avec l'âge) et il se rendra compte de certaines choses ...