Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Autre liens

. Webcam Strasbourg
  ACTUALITE
EN LIGNE
. Rue 89
Le monde 
Libération 
  Le Figaro
. L'express 
  Le point
   
. HoaxBuster
. Charlatans
  Allo Streaming 
   

Pensées

« Vis ta vie comme si tu devais mourir demain. Apprend comme si tu devais vivre toujours »
Mahatma Gandhi

« Plaire à tout le monde, c'est plaire à n'importe qui »
Sacha Guitry

« Délaisse les grandes routes, prends les sentiers »
Pythagore

« N’estime l’argent ni plus ni moins qu’il ne vaut : c’est un bon serviteur et un mauvais maître» 
A. DUMAS Fils

« La richesse est un instrument dont on use, et non un dieu que l’on vénère» 
Calvin Coolidge

« Comment savez-vous si la Terre
n'est pas l'enfer d'une autre planète ? »

Aldous Huxley
22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 22:08
Je suis donc allé chercher mon fils hier à 14 heures, le gong de l'ordonnance.
J'avais souligné par mail à la maman que ce timing ne m'apparaissait pas des plus pertinents puisque il correspondait à l'heure ou il est sensé faire la sieste et que cela risquait de le pertuber quelque peu.
J'avais tenté de faire valoir que l'horaire fixé par l'ordonnance était aléatoire et général.
Qu'il pouvait en effet aussi bien concerner  des enfants de trois ans que de dix ans qui n'ont par contre pas les mêmes besoins.
Et que je ne pensais pas qu'aucun juge engageait les parents au respect stricto-sensus d'un texte s'il desservait les intérêts ou les besoins premiers d'un enfant.
J'attend encore une réponse.
 
Revenu à la maison vers trois heures il n'était evidemment plus question de l'envoyer au lit.
Il a bien sûr commencé à manifester des signes d'énervement et de fatigue vers cinq heures et est devenu rapidement intenable.
J'ai donc avancer l'heure du dîner mais il a à peine touché aux "raviolis sans sauce tomates mais avec parmesan" :-) C'est le plat préféré du moment.
Je l'ai couché à sept heures et quart et il dormait moins de ... cinq minutes après !
 
Que la maman est voulu me contrarier et me gâcher la vie est évident. Peu importe.
Que l'on se serve pour cela de son petit garçon de trois ans est inacceptable ...
 
Rien une fois encore qui justifie de mettre madame au pilori ou de la vouer à l'opprobe.
C'est la force de ces parents défaillants que de jouer sur le caractère anodin de leurs agissements, s'exemptant sous ce couvert de toute remise en question ou réflexion sur leurs décisions.
Mais l'insignifiance de ces fait ne peut servir de pretexte à masquer l'irresponsabilité de tels comportement à l'égard des enfants qui sont là une fois encore totalement instrumentalisés.
 
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric C. 28/10/2006 20:10

Merci Marie.Beaucoup de tristesse dans ce commentaire.Tu as raison, les enfants ont autant besoin de leur papa que de leur maman.Eric

Marie Bland 25/10/2006 09:18

Bonjour éric, je viens de lire votre commentaire au sujet de la mort et je vous en remercie. Je reviens vers vous pour tout autre chose, en relisant quelques passages de votre blog, je n'ai pu m'empêcher de penser à mon conjoint.
En fait, ces parents ont divorcé alors qu'il était très petit, après le divorce, son père n'a jamais cherché à le voir ou le contacter. Plus aucun contact avec lui par la suite., alors qu'il avait des droits de visite, il ne les a jamais utilisés.
Mon mari en a souffert affreusement toute son enfance, souffert en silence, il était parait-il souvent en pleurs, faible... Sans qu'à l'époque personne ne s'en préocupe. Nous nous connaisssons depuis 20 ans et pendant ces 20 ans, je l'ai entendu parler de son père. Il n'avait même pas un photo de lui, et je vous assure que même adulte il pleurait le manque de son père.
Il y a quelque jours, il  a appris la mort de celui-ci et il a fondu en larmes.
J'arrête là cette histoire, simplement pour vous dire que la bataille que vous menez et le temps que vous passez avec votre petit garçon en vaut la peine. Il a besoin de son papa autant que de sa maman.
Et j'espère sincèrement pour lui que le partage de garde se fera et lui donnera tout le bonheur qu'il mérite.

Eric C. 24/10/2006 22:59

Merci de ce long commentaire mon cher Nabucho dont je partage le point de vue et les interrogations.C'est un aspect que je m'efforce de mettre de côté sur ce blog. Sujet très polémique et très glissant s'il en est et dont je ne veux pas qu'il serve de pretexte pour détourner le débat de la cause des papas. Déjà parcequ'on ne peut parler des femmes en général et que je ne me sens pas assez calé pour m'exprimer sur le sujet sans tomber dans le piège des amalgames.
Autant je m'accorde avec le désir de rétablir certaines injustices à l'égard des femmes autant je ne comprend pas cette sorte de fantasme de suprématie qui anime nombre d'entre elles. Il y a une forme de machisme à l'envers qui est en train de se developper et je ne vois rien de constructif à cette dérive ...
 
Merci en tous cas de tes encouragements et bon courage également à toi
 
Eric

Nabucho 24/10/2006 11:02

Bonjour Eric,Je suis un nouvel adhérent de SOS PAPA, père contrarié comme toi et qui fait tout pour assumer la paternité, et je découvre ton blog.C'est à la fois très rassurant de savoir que je ne suis pas seul à traverser ce parcours du combattant, en lisant tes propos.C'est aussi très décevant de voir que décidément, certaines femmes deviennent parfaitement "possédées" durant la grossesse, et gardent le diable au corps après l'accouchement... nous tenant à l'écart de la vie de nos enfants, comme si elles l'avaient fait toutes seules.Nos ex compagnes adoptent des comportements iniques et prennent les enfants pour des jouets à qui on peut tout faire faire, à commencer par les priver de leur père. La maternité n'a-t-elle donc aucune influence positive sur leur comportement ?Tandis que le droit des femmes progresse, certaines femmes s'arrogent le droit de faire légitimer leur comportement par la loi, attitude bien plus simple que de respecter le code d'honneur, les repères et valeurs qui existaient jusqu'alors. De plus en plus de pères se battent pour essayer de continuer d'être de bon pères, mais de plus en plus de juges entérinent les décisions de la mère au lieu d'appliquer vraiment l'intérêt de l'enfant. Combien de temps durera encore le massacre ?L'humanité est-elle ainsi faite que certaines mères sont plus heureuses quand le père fout le camp, et contrariées quand le père veut s'occuper du gamin ?Je me demande sincèrement si l'évolution de la situation de la femme n'amène que des progrès : sont-elles toutes capables de gérer avec humilité et dans la durée, les nouveaux acquis dont elles bénéficient ? Elles m'évoquent un peu ces peuples à qui on apporte la démocratie quand ils n'y sont pas prêts : il s'ensuit un chaos regrettable.Les femmes ont-elles compris que qui veut voyager loin doit ménager sa monture ?Les femmes savent-elles ce que veut dire l'expression : "gérer en bon père de famille" ?En lisant tes histoires, je vois que je ne suis pas seul à me heurter à de l'incompréhension, à de la hargne et à de la méchanceté.Que les nouvelles générations d'hommes soient est une chance. Mais que les nouvelles générations de femmes pensent que l'égalité homme-femmes passe par une nécessaire "vengeance féministe" est dommage, pour tous les bons pères en puissance privés de leur capacité à démontrer qu'ils pourraient être de bons pères, simplement parce qu'une femme en a décidé autrement.Continue ton combat, il est noble.Et bravo à tous les pères qui assument.