Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Autre liens

. Webcam Strasbourg
  ACTUALITE
EN LIGNE
. Rue 89
Le monde 
Libération 
  Le Figaro
. L'express 
  Le point
   
. HoaxBuster
. Charlatans
  Allo Streaming 
   

Pensées

« Vis ta vie comme si tu devais mourir demain. Apprend comme si tu devais vivre toujours »
Mahatma Gandhi

« Plaire à tout le monde, c'est plaire à n'importe qui »
Sacha Guitry

« Délaisse les grandes routes, prends les sentiers »
Pythagore

« N’estime l’argent ni plus ni moins qu’il ne vaut : c’est un bon serviteur et un mauvais maître» 
A. DUMAS Fils

« La richesse est un instrument dont on use, et non un dieu que l’on vénère» 
Calvin Coolidge

« Comment savez-vous si la Terre
n'est pas l'enfer d'une autre planète ? »

Aldous Huxley
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 22:50
Au début de la soirée il y avait Primal Scream.
N en avait pris un album à la médiathèque. Au hasard, comme ça. Je le laisse la plupart du temps choisir les albums. Je lui indique le genre et les bacs et il s'en va sélectionner les jaquettes qui l'inspire. Cela me fait souvent découvrit des trucs que je n'aurais pas pris.
Entre autre Primal Scream, un groupe écossais pas franchement nouveau mais que j'aime assez.
Et puisque N en redemandait aussi on s'est fait la totale sur Youtube.
Il devient très rock mon gamin. Très jazz. Blues également ... Il aime bien par ailleurs Mozart et Dvorak. Chopin aussi ...
Mais ne croyez pas qu'il subit. On a souvent des désaccords :-)

De Primal Scream à Tom Waits il n'y a pas vraiment de transition.
Il y avait longtemps que je n'en avais pas écouté.
Son nom m'est revenu à l'esprit.
Sa voix. Ses mélodies. Mille souvenirs ..
Heart Attack and Vine
J'ai écouté ce morceau des centaines de fois au moins mais je ne l'avais jamais vu la chanter !
.
.
Il n'y a pas de vidéo pour Ruby'Arms et Jersey Girl mais on s'en fout hein !
Fermez les yeux .......
.
.

Merci de vos réponses au sondage ...

.
Repost 0
Published by Eric - dans musique
commenter cet article
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 06:55
Une bonne semaine déjà que j'ai pris mes quartiers à la Galerie.
Cela se passe plutôt bien même si je patine sérieusement pour assimiler les outils.
Essentiellement Photoshop et les CSS.
Une vraie galère en vérité.
Je bosse pas mal en dehors pour me mettre au parfum.
En attendant je bricole.
C'est toujours très inconfortable d'apprendre en même temps qu'on doit faire.
Exercices sans filet en somme.
 
J'ai appris que la jeune femme qui m'a précédé et qui m'a offert en tirant la gueule une demi heure de son temps la semaine passée a elle bénéficié à ses débuts de dix jours d'accompagnement par celle qu'elle remplaçait.
Eh oui ça change la donne et aide à s'adapter au poste.
J'ai un patron pas méchant qui a conscience de cet état de fait mais il n'empêche que les expos arrivent et ne souffrent pas de temps mort.
Les affiches, les invitations, les impressions, les annonces sur sites, les mises à jour, les communiqués ... etc ne peuvent pas attendre.
Les artistes payent pour être là et se moquent de ces détails.
Eh oui ils payent pour exposer. J'étais naïf et je ne savais pas .
J'ai aussi appris que certaines galeries retiennent jusqu'à 70 % de commission sur les ventes !
 
J'ai une grande hâte de maitiser tout ça pour véritablement m'occuper de communication.
Parcequ'il y en a un sacré besoin.
Aucune visibilité sur le web et beaucoup de difficultés pour figurer dans la presse.
Ce qui veut dire en clair pas grand monde dans la galerie.
 
Et puis à partir de mardi qui vient mon patron s'absente pendant dix jours !
Je serai donc presque seul pour gérer la boutique, le lancement de la prochaine expo et déjà la préparation de la suivante. Plus quelques autres bricoles.
Cool !
Je suppose que je dois inspirer une certaine confiance pour qu'on me laisse ainsi le bidule après à peine plus de deux semaines de présence !
A moins que je ne sois tombé chez des fous !
Il ne faut pas non plus dramatiser. Les choses font parfois un peur simplement parcequ'elles sont nouvelles.
 
Un petit sondage pendant que je vous tiens :-)
A propos de la location d'oeuvres d'art que l'association souhaite développer.
Le concept ne semble pas encore très répandu dans notre pays. Personnellement je trouve ça assez sympa comme idée.

 

 
Il est un peu zarbi le sondage de weborama. Il faut cliquer sur résultat pour valider sa réponse.

En attendant vivement demain samedi fin d'après midi que je retrouve mon fils.
Parcequ'entre les vacances et mes nouveaux horaires cela fera une semaine et demie que je ne l'ai pas vu.
La maman à finalement répondu et se dit prête à s'adapter à la nouvelle configuration.
A voir ....

.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
30 octobre 2008 4 30 /10 /octobre /2008 08:59
D'accord c'est un peu pompeux comme titre !
Surtout pour seulement dire que je viens de commettre une de mes premières infidélité à Microsoft en installant Firefox.
Désolé Bill !
Si même moi je m'y met tu as du souci à te faire.
Pompeux et prétentieux je me trouve ce matin.

En fait ce n'est pas tant le navigateur qui m'interessait que certaines de ses extensions.
L'une notamment qui s'appelle Firebug.
Si vous avez à gérer ou modifier un site en devant vous plonger dans le code comme j'y suis contraint en ce moment ce truc est génial.
Une fenêtre s'ouvre en bas de votre écran et apparait alors le code source de la page que vous êtes en train de visiter.
En se promenant sur la page avec la souris la fonction Inspecter met en surbrillance la zone et indique en même temps quelle partie du code source est concernée. Il affiche aussi les styles attachés et dessine même les conteneurs avec les indications de marges ...
Quand vous avez à reprendre le site fait parquelqu'un d'autre cet utilitaire est d'un grand secours. Egalement pour étudier la structure des sites et identifier les erreurs de programmation.
Encore plein de choses je suppose mais on me l'a seulement  montré hier et je viens de l'installer avec le Navigateur ...

Peut-être après tout  Dreamweaver ou d'autres proposent-ils ces fonctionnalités dans leur dernières versions.
J'ai un epu l'impression de réinventer l'eau chaude tous les jours en ce moment ! :-)
C'est là en tous cas gratuit et peu gourmand en ressource.

Et puis comme avec les téléphones mobiles j'ai toujours  quelques années de retard sur les modes, les tendances ou tout simplement ce qui se fait en ce moment ...

Il faudrait
quand même que je m'actualise et que j'apprenne un peu à vivre avec mon temps ! :-)

S'il y a un petit cafard en illustration de ce billet c'est simplement parceque c'est le symbole de l'extension Firebug !

.
Repost 0
Published by Eric - dans informatique
commenter cet article
28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 20:57
C'est formidable ces télephones portables qui font à peu après tout sauf le café et le ménage.
Pas le mien disons le.  J'ai moi en général toujours plusieurs années de retard par rapport à la marche du monde.
Mais celui de ma soeur par exemple.
Quand elle m'a montré son nouveau gadget vendredi j'avais l'enthousiasme et les yeux écarquillés d'un enfant devant un nouveau jouet.
Comment ? L'appareil photo intégré fait 5 millions de pixels ! Zoom numérique X16 ! Autofocus ! Avec en plus une focale qui doit être l'equivallent d'un 28 mm ! Et un port USB ! Sans compter une carte de 1 giga de mémoire pouvant être upgradée à 2 !
Deux giga vous vous rendez compte !
Des fois on pourrait croire que je sors d'une longue hibernation ! :-)
S'il y a de jeunes lecteurs cela leur paraitra sans doute une caractéristique banale mais ayant connu l'informatique de la fin des années 80 je mesure la distance parcourue en moins de vingt ans !
 
Seulement hier soir au téléphone soeurette était un peu dépitée en me parlant de son nouveau jouet.
Il y a en effet une caractéristique de l'appareil qui n'est pas mise en avant. C'est le temps de déclenchement.
Entre le moment ou elle appuie sur le bouton et celui ou la photo est prise il se passe bien deux secondes !
Ce qui veut dire que lorsque elle prend son gamin en train de jouer, il est déjà sorti du champ quand l'appareil déclenche !
Pratique ! :-)
 
D'une certaine manière cela s'appelle de l'arnaque.
Qui achèterait un appareil photo ne pouvant prendre que des sujets fixes ?
De mauvais esprits pourraient répondre que nous parlons là d'un téléphone et que ce qui est proposé est déjà plutôt pas mal.
A cette différence qu'un mobile qui ne fait que recevoir et emettre des appels cela n'existe plus.
Ce qui est vendu et mis en avant aujourd'hui ce sont justement des fonctionnalités annexes.
Quand ces fonctionnalités ne fontionnent pas ou seulement dans certaines conditions qui ne sont pas clairement explicitées cela s'appelle bien de l'arnaque.
 
Je suis allé voir quelques fiches détaillées de mobiles. Aucune ne présente cette caractéristique.
 
Elle n'avait après tout qu'à poser la question !
C'est bien là le débat.
Nous sommes à ce point submergés et asphyxiés par le marketing des marques qu'on en oublie de poser les questions d'évidence. On perd de sa rationnalité dans ce fouillis de fonctionnalités et de carctéristiques techniques.
 
C'est une époque étrange car en même temps ce sont les gogos d'aujourd'hui qui permettront demain que les mobiles deviennent des appareils photo à part entière.
Gogos pour la bonne cause !
Il en a toujours été ainsi dans le monde de l'informatique.
Il en faut suffisament qui se laissent avoir à chaque nouvelle innovation imparfaite pour continuer le chemin et nourrir la recherche. A la fois sur le plan économique et technique.
Il a en effet bien fallu se manger dans les années 80 des ordis à la mémoire vive riche de quelques kilos octet sans disque dur pour peu à peu à peu parvenir aux bombes que nous avons sur nos bureaux.
A la galerie j'ai un PC de 3 giga de mémoire vive et de 300 giga sur disque !!
On doit pouvoir y stocker à peu près 450 000 photos de bonnes qualité ! Yep !
 
Et après ?
Parceque dans moins de dix ans on passera sans aucun doute à l'unité supérieure.
Ce sera le TeraOctet bien sûr, soit 1000 giga octet, qui fera briller vos yeux et danser votre imagination.
1 TéraOctet en bon papier représenterait l'équivallent de 500 arbres coupés.
Sur un futur disque de 200 TéraOctets nous pourrons par exemple caser 300 000 éditions de l'Universalis. Si d'aventure une ne suffisait pas.
 
Ne pensez pas pour autant que c'est fini puisque viendra ensuite le Pétaoctet, l'Exaoctet, le Zettaoctet et enfin le Yottaoctet !
Il y en a qui ont pris de l'avance en fixant déjà le vocabulaire !: -)
 
Pour nous donner un ordre d'idée on dit qu'il faudrait 1 milliard de disquettes pour stocker deux Exaoctets. Empilées, elles atteindraient une hauteur de quatre millions de kilomètres, soit onze fois la distance de la Terre à la Lune !
 
Bon, je divague et tout ça m'éloigne un peu des téléphones mobiles.
Un peu seulement quand on mesure la distance parcourue en moins de dix ans par ces appareils.
 
Devant ce spectacle je suis partagé entre l'effroi et la fascination.
Les deux sentiments n'étant d'ailleurs pas incompatibles ....
L'effroi parceque toute cette technologie ou du moins ce que nous en faisons et les modes de vie qu'elle induit a quelque chose de déshumanisant. Je vois un risque de perte de contrôle. 
Prenez symboliquement le GPS. La génération qui est née avec ne saura pas se diriger si le gadget tombe en rideau. Elle ne sait ni lire une carte ni une boussole. Encore moins le ciel. Et le plus grave c'est qu'elle perd aussi son instinct, son pif, son sixième sens. On en est pas encore là mais cela vient doucement.

Et si je suis fasciné c'est parceque tout ça se fait exclusivement avec des 0 et et 1 ! On est quand même balèze non ! :-)

.
Repost 0
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 17:49
J'ai touvé cette animation tout à l'heure en me promenant on the web, de Pixus production.
"Un clip qui déchire"
C'est plutôt bien ficelé ...




Vous pouvez aussi trouver le clip sur le site : www.leclipquidéchire.com
On y trouve aussi un petit jeu marrant, Essayage, dans lequel il faut trouver la bonne panoplie blingbling à un petit manequin  qui a comme un air de ressemblance avec notre starkozy préféré. Selon la pièce de vêtement choisie le petit personnage vous répondra ... :-)

.
Repost 0
Published by Eric - dans humour
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 09:46
Il y a quatre jours que surtout préoccupé de mon job je ne lis ni n'écoute l'actualité.
Après la lecture de cet article du monde "25000 milliards de dollars évanouis" je peux aller m'enfouir sous la couette la tête remplie des pires cauchemards !
Les chiffres donnent  le tournis mais illustrent aussi la déconnexion entre la sphère financière et le monde réel. Si les bourses ont perdu la moitié de leur capitalisation le monde ne s'est pas arrêté pour autant de tourner dans la même proportion.
 
Loin de ce tumulte effréné j'ai fais moi mes premiers pas dans ma galerie.
Des heures qui ont surtout consisté à la prise en main des outils et des méthodes de travail.
N'ayant personne pour m'expliquer les choses je me débrouille comme je peux.
Mon patron est presque toujours avec moi mais il ne m'est pas d'une grande utilité.
J'ai laborieusement fait une seconde affiche avec Photoshop et fais partir mes premiers communiqués de presse. J'actualise surtout pour le moment les versions précédentes.

J'essaye mes différentes casquettes. Infographiste, webmaster, chargé de com, vendeur, serveur aussi puisque la galerie fait également café. Très modestement il faut dire pour cette dernière activité. J'en ai servi trois en trois jours. Autant dire que sur le sujet je ne suis pas débordé.
J'ai même passé un coup de balai. C'est dire la polyvalence de ce poste :-)
J'ai aussi commencé l'audit de référencement web. Ce qui me laisse entrevoir le travail a effectuer tant en terme de référencement que de modification du site pour en faire un véritable outil de communication.
 
Je ne sais pas trop encore quelles marges de manoeuvre je vais avoir mais le challenge parait intéressant.
En presque trois ans d'existence le site ne draine que 5 à 600 visiteurs par mois et n'est présent dans les premiers résultats de Google sur aucun de ses mots clés.
Il n'y a pas trente six mille moyens pour une galerie d'art de se faire connaitre et de promouvoir ses expositions.
Les canaux traditionnels sont le bouche à oreille, l'affichage et la presse écrite.
Le web restant encore le parent pauvre.
Etonnant alors que mes premières analyses, sur seulement quatre mots clés, me permettent déjà de cibler un potentiel de 4000 visiteurs. Il reste juste amener le bidule en première page Google. Un détail ! :-)
 
J'ai également croisé mes premiers artistes et mes premiers visiteurs.
J'aurais certainement l'occasion de reparler de ces deux populations bien particulières.
 
Je m'en vais aller maintenant jouer un peu avec Photoshop et les CSS.
Si le site est peu communiquant il est par contre très bien conçu.
Eh oui adieu Dreamweaver, mes calques et mes bon vieux tableaux imbriqués.
Je râle de devoir changer mes habitudes mais je suis en même temps content de devoir les bousculer et de dépoussierer mes us et coutumes qui datent maintenant d'un autre siècle.
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 10:04
C'est demain Jeudi que commencera officiellement ma nouvelle vie de galériste.
J'ai néanmoins passé hier une partie de l'après midi là bas.
 
D'abord pour me faire expliquer l'organisation des timing des différentes opérations, expos, conférences, voyages culturels, par la jeune femme que je remplace et qui a bien voulu venir passer un petit moment avec moi.
Celle-ci étant si j'ai bien compris partie en assez mauvais termes sa présence hier était pour le moins contrainte et sa présentation des plus superficielle et rapide.
En résumé et sans le dire c'était "bienvenue et demerdes toi !"
 
Il y avait aussi l'urgence d'une affiche à faire et qui doit partir aujourd'hui à l'impression.
Et du coup rencontre avec Photoshop !
J'ai toujours évité jusqu'à présent de faire croiser mon chemin avec ce logiciel. Pour mes besoins d'images Web, Fireworks et Paint Shop pro m'ont toujours suffit.
Ah c'est quelque chose ! Quelle usine !
Cela me fait un peu l'effet que vous voyez sur la vignette qui illustre ce billet.
Heureusement qu'un autre membre de l'association, photographe de son état je crois, était là pour guider mes pas dans cet incroyable labyrinthe de commandes et de palettes.
 
C'est un contrat de 12 mois que j'ai finalement signé !
C'est la fête du slip dans l'univers des contrats aidés.
Il y a à peine plus d'un an les CAV étaient soudainement ramenés et limités à 6 mois.
Branle-bas de combat et panique dans le monde associatif qui se nourrit goulûment de ces contrats de précarité sous couvert d'insertion. Il n'y en a en effet pas une sur dix qui remplit ses obligations de formation et d'accompagnement, sinon sur le papier.
Et puis combien de structures qui n'ont d'associatif que le statut juridique ?
A but non lucratif tel que le définit la loi de 1901 n'est pas synonyme de caritatif.
C'est d'ailleurs un abus de langage qui laisse à croire dans l'esprit de beaucoup que les associations n'ont pas le droit de faire des bénéfices et que d'une certaine manière l'argent est pour elles accessoires !!!
Je ne veux pas mettre tout le monde dans le même panier mais il y a quand même une dérive assez malsaine vers une exploitation de la précarité qui s'institutionalise progressivement.

Voilà en tous cas les contrats d'avenir de nouveau sans crier gare étendus sur un an !
Allez savoir pourquoi :-))
Eh oui ça mérite au moins deux smiley.
A compter de Jeudi je ne suis en effet plus comptabilisé comme chômeur. Et en cette période il vaut quand mieux me caser pour un an !
Variable d'ajustement, facteur de régulation ...
On est réduit à peu de choses ! :-)
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 06:56
Le président de la galerie m'a appellé hier soir vers 20 heures pour me dire que c'était OK pour eux.
J'ai répondu que c'était OK pour moi.
Tu parles !
Il reste à faire valider le contrat par l'ANPE et le Département.
 
Me voilà donc chargé de communication d'une galerie de peinture !
C'est marrant mais j'ai quelques réticences à me le dire et l'écrire.
Echaudé à plusieurs reprises par les ronflantes et pompeuses définitions de poste je reste sur mes gardes.
 
Je suis impatient.
Je suis content.
Je suis soulagé.
 
Je ne saute pas non plus au plafond. Ce n'est qu'un contrat d'avenir. Ce qui signifie un CDD de 6 mois renouvellable de 26 heures sur la base du Smic.
La galère sera moindre mais je reste en zone rouge ... et en recherche d'emploi, pérenne et sous forme de CDI comme il m'a fallu le réciter à la lamentable assistante sociale de vendredi.
Je ne boude pas mon plaisir. Je suis seulement lucide sur la situation.
 
Il me reste aussi à revoir les modalités pour voir mon fils. Les horaires de la galerie chamboulent totalement l'organisation actuelle.
Cela va dépendre du bon vouloir de la maman. J'espère ne pas avoir à redemander une convocation chez le juge pour faire valoir cette nouvelle configuration.
 
Allez, sourions :-)
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 02:01
Je ne suis pas en situation de refuser un emploi.
C'est bien dommage !
L'entretien de Vendredi (voir postulations du jour) s'est bien passé dans la mesure ou j'ai gentiement et docilement joué le rôle qui m'était imparti ce jour là de Rmiste aussi humble qu'attardé.
Je ne m'attendais pas je dois dire à être traité de cette façon, entre mépris et condescendance.
Cela n'a d'ailleurs pas véritablement été un entretien de recrutement  mais essentiellement un examen de ma situation sociale.
La mairie à ses quotas à respecter.
Le décision ne se prendra que pour une faible part en fonction de moi mais surtout en fonction du nombre de critères sociaux que j'aurais réussi à satisfaire en quarante minutes.
 
Je ne me fais non plus aucune illusion sur le poste proposé qui serait en fait un job d'animateur de la prévention routière dans les écoles et collèges.
J'aimerais bien remarquez. C'est quelque chose qui me plairait et me conviendrait bien.
Mais je n'y crois pas un seul instant.
D'abord parcequ'on a  pris la peine de me préciser que le service était au complet et qu'ensuite on a longuement insisté sur le temps qu'il faudrait avant que j'intervienne. En contrat d'avenir, du temps on a pas beaucoup.
La présentation du poste a duré trois ou quatre minutes. Sur ce court temps une bonne moitié a été consacrée aux petites tâches annexes qui seront attachées à cette mission. 
A la fois énoncées sur un ton léger et badin et en même temps énumérées avec beaucoup plus de détails que les fonctions même d'animateur. Les équipes intervenant surtout à l'extérieur, il faudra bien sûr charger et décharger le materiel. L'installer et le désinstaller. Il y aura aussi l'entretien des vélos. Les nettoyer, les réparer, remplacer ceci ou cela. Quand les écoles viennent au centre il faudra également préparer et ranger les salles ... etc.
Je vois tout à fait le genre !
 
C'est marrant parceque j'étais prêt à jouer les dames sucettes comme disait FD et faire le clown à la sortie des écoles avec un panneau Stop.
Les choses étaient claires. Pas de mensonge, pas de tromperie.
 
La mauvaise farce a donc duré une quarantaine de minutes.
Ils étaient trois.
L'habituel pot de fleur des ressources humaines qui n'a pas ouvert le bec une seule fois. Le patron du service concerné qui fut le seul à me poser quelques questions intelligentes.
Et au milieu une assistante sociale qui a conduit les débats.
Elle a d'abord commencé par s'assurer que je savais bien pourquoi j'étais là !!
Une première question d'évidence bien sûr !
Elle m'a ensuite demandé si je savais ce qu'était un contrat d'avenir et de le lui expliquer.
A la fin de ma récitation elle a un peu froncé les sourcils en me regardant.
Qu'avais-je donc oublié ? Et puis merde c'est quoi ce cirque ?
"Contrat ... d'avenir. D' a.v.e.n.i.r ?"
Encore un peu elle me l'aurait épellé !
Et puis l'attardé a brusquement compris ce que la dame voulait lui faire dire.
" ... afin de se réinsérer et trouver à l'issue de cette période un emploi pérenne sous forme de CDI"
J'ai eu cette fois le droit à un sourire pour ma bonne réponse.
A partir de là elle a bien sûr embrayé sur mon projet professionnel.
C'est ce qui occupait la plus grande partie du formulaire qu'elle avait devant elle et qu'elle remplissait scrupuleusement au fur et mesure de mes réponses.
A ce moment là j'ai commis un véritable crime de lèse majesté. J'ai en effet eu la très nette impression  d'avoir en cet instant fait caca sur la table quand j'ai répondu que travailler dans l'insertion professionnelle était un de mes souhaits.
Elle a écarquillé le yeux. 
"Ah mais ce n'est pas possible. Il faut des diplômes de très haut niveau pour ça. C'est très long et très difficile"
J'ai senti le vent tourner mais je me suis dit que je pouvais bien encore tenir un round.
Par dignité parceque je commençais à en avoir marre d'être traité depuis le début comme un peu moins qu'une sous merde.
J'ai donc répondu que mon projet avait été validé par l'ANPE et par le RELAIS EMPLOI. Aussi que la nomenclature ANPE pour ce métier précisait qu'aucun diplôme n'était à priori exigé et que l'expérience, le vécu et les qualités humaines étaient d'avantage pris en compte.
Et que j'avais donc toutes mes chances.
Avec le vent tourner j'ai aussi pressenti le coup bas.
"Et jusqu'à présent, vous avez eu des entretiens ? Bien. Vous avez d'autres pistes, d'autres projets ?"
"Dans l'immédiat celui de te péter la gueule mais ce serait sans doute mal venu ..."
 
Je me suis rendu compte qu'elle comme la plupart des interlocuteurs que je peux avoir sont des gens qui ne savent rien de l'insertion, de sa réalité au quotidien. Que la majorité sont dans des structures protégées et n'ont jamais connu le chômage, sinon à leurs débuts. Qu'ils ne connaissent rien du monde de l'entreprise. Qu'ils n'ont aucune idée de ce que c'est que de vivre avec le RMI. Que beaucoup pensent sans le dire clairement qu'on se débrouille finalement pas si mal à vivre ainsi aux crochets de la société sans bosser. Que si on a pas de projet professionnel bien dessiné et bien structuré c'est qu'au fond on se laisse vivre et qu'on a pas réellement envie de s'en sortir.
 
J'ai laissé tomber l'affaire comme on dit et je lui ai parlé d'Internet.
Elle était contente et a de nouveau souri.
Je n'ai pas rebondi pour lui expliquer que si justement on me demande un projet cela n'a pas de sens de répondre par un truc que je connais déjà et que je ne parviens plus jusqu'à présent à vendre.
Que si c'est pour causer du Web je n'ai pas besoin d'elle et que je suis assez grand pour faire ma recherche d'emploi tout seul.
Que même si je validais mon expérience par un bac +3 ou 4 je ne suis pas certain qu'à mon âge cela m'apporterait quelque chose. Que de toutes façons il n'y avait jusqu'à plus ample informé aucun diplôme correspondant à mon expérience dans la procédure de validation des acquis.
Qu'elle commençait aussi et surtout à me faire chier, que j'étais là pour un putain de taf parceque j'en plein le dos que mes parents soient obligés de me payer mes factures téléphone ou mon loyer, que j'aimerais juste pouvoir bouffer correctement et payer des trucs à mon môme.
Que ce n'était de toutes façons déjà pas avec ses 750 euros de merde que j'allais pouvoir repeindre mon a.v.e.n.i.r en rose.
Que si elle se préoccupait tant que ça de mon devenir elle n'avait qu'à se demander ce que ça allait pouvoir m'apporter de décharger des camionnettes ou de réparer des vélos pendant 6 mois ou un an.
Que je ne lui avais rien demandé.
Que je n'étais pas là pour faire l'aumône.
Que je trouvais écoeurante sa façon de se conduire et d'humilier ainsi les gens en les réduisant à un statut social. Que ma situation ne lui donnait pas le droit de se permettre de m'enfermer dans ses petites cases à la con, de me juger et de me résumer en quelques phrases grifonnées à la va vite .... etc
 
Je n'ai bien sûr rien dit de tout cela et j'ai continué de la faire sourire.
Quand il n'y eut plus de place sur son formulaire à la rubrique projet, elle s'est attaquée à mon CV.
Nullement pour me demander des précisions sur mes différentes fonctions. De cela manifestement elle n'avait rien à faire, rien à foutre, rien à battre. Je ne suis pas sûr qu'elle ait de toutes manières compris le quart des postes que j'ai occupé.
Ce qui l'interessait c'était la nature des contrats. CDD, CDI, CDD, CDI. Elle a tout bien annoté au crayon. Je ne sais pas trop pourquoi parceque ces mentions y figurent déjà ! Elle a par contre laissé des blancs pour les périodes gérant de societé et travailleur indépendant !
 
J'ai continué ainsi de répondre correctement à toutes ses questions.
Je pouvais en fait dire n'importe quoi du moment que ça corresponde à son formulaire.
L'entretien s'est terminé cordialement.
Je me suis levé. Pas eux.
On ne m'avait pas serré la main quand je suis arrivé. Pas même salué par mon nom. Il n'y avait aucune raison d'attendre la moindre marque de civilité à la fin.
Des fois que j'ai la gale ou que le RMI soit contagieux !
 
Ce qui me met en rogne c'est que la matin même j'avais eu un autre entretien.
J'avais parlé dans le billet cité plus haut d'un job de chargé de com dans une galerie de peinture.
Mardi en fin d'après midi le président de l'association m'avait appellé et demandé si j'étais d'accord pour qu'on se rencontre. Comme ça, au pied levé, pour faire connaissance.
Une demi heure après j'étais là bas.
Entretien cordial, informel, précis dans la définition de la mission, dans ses attentes. Cela avait duré un peu moins d'une heure et il m'avait promis de me rappeller pour fixer un autre rendez vous avec le vice président et une autre personne du conseil d'administration.
Rencontre qui s'est donc déroulée vendredi en fin de matinée.
Ce qui me met en rogne c'est que ce poste, à l'issue de cet entretien, j'ai le sentiment de l'avoir eu au bout des doigts.
"Si on vous dit oui vous répondez quoi ?"
Seulement j'ai mis en balance ce job dans une assoc et un contrat à la CUS. Entrer à la mairie de Strasbourg, même par la petite porte, ce n'est pas rien.
Je n'ai pas poussé mon avantage et j'ai donc réservé ma réponse.
Etait-ce aussi une impression, mais j'ai senti un léger refroidissement ...
 
En rogne sans non plus me flageller.
Le risque en valait sans doute le bout de chandelle. D'autant que d'après le peu d'infos qu'avait réussi à glaner mon conseiller auprès de la personne chargée des annonces CUS je pouvais tout aussi bien me voir proposer un truc au service informatique ou communication.
Une petite porte me disai-je qui me laisserait quelques mois pour essayer d'en entrouvrir d'autres.

Eh oui seulement je ne savais rien du contexte de l'entretien que je viens d'évoquer ni que l'histoire allait se dérouler dans un service de haute sécurité au troisième sous sol accessible après le passage de deux portes blindées et un sas de sécurité.
Je ne sais pas pour pourquoi la prévention routière se situe dans cette zone mais je ne suis pas prêt si je suis retenu de me faire des copains ou de pouvoir chercher à croiser par le plus grand des hasard telle ou telle personne !!   
 
Mais en résumé et à cette heure, rien n'est joué ... ou du moins je ne le sais pas encore ...
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 23:43
Je vous dirais bien tout le mal que je pense de France Telecom mais à quoi bon ?
Y a t-il un opérateur qui en vaille un autre ?
Ma voisine de palier qui a repris mon précédent studio a choisi Free qui n'est semble t-il pas du tout cuit. Cela fait deux mois qu'elle attend, trépigne et bouillonne ! Seulement ils ont un problème avec mon numéro de téléphone. Celui que j'ai gardé en déménageant. Cela les contrarie à un point tel qu'ils ne sont pas encore parvenus à lui créer sa ligne !
Mes parents ont eux quitté Neuf Telecom qui s'obstinaient à pas comprendre qu'en échange de l'argent qui leur était donné chaque mois ils étaient sensés rendre un service.
A temps complet je veux dire !
 
Combien de dizaines de milliers de plaintes par an contre les opérateurs ?
 
J'ai été suspendu de tous services mardi matin pour défaut de règlement.
120 euros de retard selon leur facture.
39 euros selon mon suivi confirmé suite à ma première démarche mardi dans la matinée auprès du 1014 qui m'a assuré que tout est OK. A part la facture d'octobre bien sûr mais qui ne vient elle à échéance que le 23 de ce mois.
C'est après que cela m'a fait tilt. Le type m'a pipoté et enregistré le réglement CB que je venais de faire pour la dernière facture et pas pour celle de septembre qui du coup restait impayée.
 
Mais pour mes parents qui m'ont encore aidé il leur a été demandé le lendemain auprès du même 1014 79 euros pour rouvrir la ligne.
Il y a un paiement qui s'était volatisé depuis la veille. On le retrouvera soyez en sûr ! 
La remise en ligne a également été annoncée à mon père avec un délai de latence d'une semaine parceque mon dossier était depuis la veille passé au contentieux et qu'il fallait d'abord le clôturer avant d'en rouvrir un autre !!
Ce matin tout fonctionnait de nouveau.
 
Je ne m'en plains pas mais je trouve ces situations une peu ... effrayantes.
Le sentiment d'être réduit à rien.
La ligne est coupée sans préavis. L'un dit que c'est ok. L'autre dit que le compte est au service contencieux. L'un dit 39 euros de retard, l'autre 79, la facture restant elle à l'écran toujours bloquée à 120 alors que le paiement de mes parents a bien été enregistré en date du 15. Le site d'orange annonce 72 heures de délai de latence après paiement, le 10 14 annonce lui une semaine ... et puis ça refonctionne finalement le lendemain matin.
 
Ce qui est effrayant c'est ce sentiment que ces informatiques sont d'une telle complexité qu'elles échappent à tout contrôle.
Les requêtes se croisent, s'entrecroisent, s'imbriquent, s'emmêlent, leurs résultats générant de nouveaux fichiers sur lesquels portent de nouvelles requêtes avec d'autres critères qui vont eux même se croiser et s'entrecroiser encore et encore.
Il peut alors se passer n'importe quoi ....

.
Repost 0
Published by Eric - dans Tracasseries
commenter cet article