Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Autre liens

. Webcam Strasbourg
  ACTUALITE
EN LIGNE
. Rue 89
Le monde 
Libération 
  Le Figaro
. L'express 
  Le point
   
. HoaxBuster
. Charlatans
  Allo Streaming 
   

Pensées

« Vis ta vie comme si tu devais mourir demain. Apprend comme si tu devais vivre toujours »
Mahatma Gandhi

« Plaire à tout le monde, c'est plaire à n'importe qui »
Sacha Guitry

« Délaisse les grandes routes, prends les sentiers »
Pythagore

« N’estime l’argent ni plus ni moins qu’il ne vaut : c’est un bon serviteur et un mauvais maître» 
A. DUMAS Fils

« La richesse est un instrument dont on use, et non un dieu que l’on vénère» 
Calvin Coolidge

« Comment savez-vous si la Terre
n'est pas l'enfer d'une autre planète ? »

Aldous Huxley
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 00:42
Si vos ados vous demandent un tatouage proposez leur donc ces quelques modèles glanés entre autre sur le site des édition Reuss.
Ils proviennent d'un bouquin qui s'appelle Tattoo in Japan.
Bon, assez de pub, je ne suis pas payé pour. Je devrais tiens ! Joindre l'utile à l'agréable.
En vérité je n'ai pas du tout prémédité de faire un billet sur ce sujet. Etant grand surfeur devant l'éternel, il m'arrive assez souvent de me laisser emporter par ma curiosité.
 
Ils me fascinent ces gens qui se transforment ainsi en toile vivante.
Vous vous souvenez du billet  "dos à louer", celui d'un jeune suisse peint par un artise Belge du nom de Wim Delvoye et qui s'était négocié à 150 000 euros.
Les images ci-dessous n'ont rien à lui envier !
 
Les questions que je me pose toujours.
Quand ils en ont assez de leur dessin et qu'ils ne peuvent plus se voir en peinture, que font-ils et comment ?
Ils se démerdent et c'est bien sûr un premier élément de réponse :-)
Sinon, quel est le programme ? Toile émeri, chalumeau, greffe de peau, acide, javel, vinaigre blanc bouilli, rayons X, rayon peinture chez Leroy Merlin pour une sous couche de blanc avant de ratapisser dessus ?
 


Autre question existentielle.
Comment s'acommodent leur copain ou leur copine de ces peaux et de ces corps tout de dessins recouverts.
Moi personnellement ça me rayerait un peu la libido. Quand je dis un peu c'est un euphémisme !
"Je t'explique ma chérie, d'habitude, les BD et les bouquins d'art je les range dans le placard. Là je sens que nous allons avoir un sérieux problème" :-)
Je parle bien sûr en tant qu'homme.
Mais on dit que certains tatoués poussent très loin leur passion.
Vous voyez ce que je veux dire ?
Alors imaginez un zizi entièrement recouvert d'une tête de dragon ou d'une fleur de lotus ! Du plus bel effet non ?
Eh oui, impressionant !
Encore heureux si le type n'est pas un passionné de tintin et milou !
"Dis bonjour au capitaine Haddock" :-)
Et si son album préféré est Objectif Lune, vous pourrez en plus être sûre qu'il vous fera le coup du "Attention la fusée va décoller"
Je parle du capitaine Haddock mais vous pourriez tout aussi bien vous retrouvez nez à nez avec Iznogoud !
A voir ensuite ce qui est le plus motivant !
De grands enfants ces tatoués !
 
Plus sérieusement, comment ces peaux réagissent-elles à certaines agressions ?
Une piqûre de moustique, d'abeille ? Pas question évidemment de se gratter. Le ou la tatouée doit rester zen en toutes circonstances.
Et puis la moindre égratignure ou érafflure doit être vécue comme un drame et nécessiter de repasser chez l'homme de l'art pour des retouches.
A moins qu'il n'aient tous une armoire à pharmacie avec des petits pots de chacunes des peintures qui composent leur oeuvre.
Pas facile tous les jours j'imagine de vivre avec un tatoué.
 
Pas question de se mettre au soleil non plus je suppose et de risquer alors un coup de grill.
Un tatoué qui pêle ça perd de son charme !
Je les vois bien à genoux à chercher leurs bouts de peaux répandus sur la carpette du salon.
Des fois que ça se recolle !
Le tatoué est-il condamné a passé ses vacances en Bretagne ? 
 
A la fois je plaisante mais je trouve certains de ces corps peints très esthétiques.

Il me reste encore une question.
Pourquoi Wim Delvoye n'a -il pas répondu à mon appel ? 
Mon dos est toujours à louer Wim.
 

Editions Reuss : www.editionreuss.de

Info dernière minute : Dans le même temps que j'écris je me rancarde aussi sur le sujet. Je suis un blog dynamique et réactif :-)
Le détatouage se ferait au laser. Voir article sur Wikipedia si vous avez un bout de peau à récupérer ou que le sujet vous intéresse. Egalement quelques images sur le site d'une boite qui pratique l'opération.
Pas gagné quand même, surtout pour des tatouages d'une telle compléxité.
J'ai soudain une pensée émue pour le type et son beau dragon :-)

.
Repost 0
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 21:22
Le frein de la langue sert essentiellement à retenir cette dernière lorsque vous vous penchez trop en arrière et l'empêche ainsi d'être attirée dans la gorge. 
Ah ah ah !!
J'ai bien encore quelques autres idées mais ma maman me lit régulièrement !

Je recommence donc :
"Un repli de muqueuse appelé frein de la langue relie la langue au plancher de la bouche et limite son mouvement vers l'arrière. Certains enfants peuvent avoir leur élocution perturbée à cause d'un frein trop court. Cette anomalie congénitale, l'ankyloglosse, se corrige chirurgicalement"
Autrement dit cheveu sur la langue et zozotement.
Ou sosotement en fait.
 
N avait ce petit défaut et c'est vrai qu'il accrochait certaines syllabes en S et en L. Sa mère voulait le faire opérer et je n'avais bien sûr rien contre.
Seulement les renseignements qu'elle m'avait communiqué évoquaient la nécessité d'une anesthésie générale. En résumé du lourd.
Elle avait pris rendez vous samedi matin chez un chirurgien ORL à Strasbourg. J'ai bien entendu voulu être là.
 
Anesthésie générale ?
Ah ah ah encore !! :-)
Le toubib a regardé et a dit
"Eh bien oui il faut le faire. Allons-y"
"Quand ? Maintenant ?" Ben oui, genre pas à Noël !!
Il lui a appliqué un petit tampon anesthésiant sous le palais pendant deux à trois minutes et d'un rapide coup de ciseaux à libéré sa langue. Je le dis comme ça mais elle n'est pas non plus partie en courant !
N n'a pas moufté et n'a rien vu que c'était déjà terminé.
 
J'ai pris de ses nouvelles le soir et il ne s'est plaint d'aucune douleur ou gêne.
Voili fils, tu peux te pencher en arrière :-)
A préciser que l'intervention peut se faire en deux étapes. Il est préférable de ne pas couper trop la première fois et d'évaluer dans les jours qui suivent si cela a été suffisant.
 
Ce n'est pas souvent que je suis copain avec un toubib mais celui-ci m'a très favorablement impressionné. C'est un jeune gars qui officie avec simplicité, légèreté, humour, sûreté du geste, compétence.
S'il y a des lecteurs ou lectrices du coin qui ont besoin d'un ORL pour leur gamin ... ou pour eux même, qu'ils me le fassent savoir et je leur communiquerai les coordonnées de celui-ci par mail.
.
Repost 0
Published by Eric - dans Santé
commenter cet article
28 septembre 2008 7 28 /09 /septembre /2008 18:34
L'avenir de notre planète vous préoccupe, vous êtes sensible à l'environnement et au recyclage des déchets ?
Le designer Nick DeMarco devrait pouvoir vous inspirer et vous donner quelques idées pour mettre en pratique votre fibre écologique.

 
 
Vos enfants seront ravis de ces chaises qu'ils pourront trainer à loisir sans se faire réprimander. A voir même si certains ou certaines ne les y inciteront d'ailleurs pas :-)
Va jouer avec les chaises mon chéri ! Oui partout partout tu peux aller. Dans les coins aussi.
 
Sympa les fauteuils non !
Vous pouvez choisir les couleurs et les motifs. Les marques aussi.
Et puis c'est évolutif. Si vous n'avez pas assez de matière première au départ vous pouvez commencer par des poufs.
Et quand vous en aurez trop, eh bien vous ferez un canapé, voilà !
Puis un matelas, puis deux, trois ...
Après il ne vous restera plus qu'à ouvrir un magot de meubles ou ... une déchetterie.
 

- Vu sur Neomansland : www.neomansland.info
- Visiter le site de Nick DeMarco, un artiste un peu allumé de la cafetière : http://demarconia.com/. Allumé certes mais créatif, original et drôle ....
.
Repost 0
Published by Eric - dans design
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 11:06
Ne parlez pas de son MBA, il pourrait vous en coûter 5000 euros !
 
C'est l'amende requise contre un avocat qui lors de l'une de ses plaidories à déclaré je cite :
"un procès qui n'aura jamais lieu, c'est celui de notre grand chef à tous, Madame Rachida Dati, qui utilise un faux MBA". (1)
 
5000 boules !! 
'Faut pas lui marcher sur les arpions à Rachida, elle les a sensibles dirait-on.
Ceci étant je serais le justiciable, je changerais de baveux ! Pas sûr que cette saillie hors de propos ait servi son intérêt auprès du juge.
 
Allez Rachida, tu sais bien que la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe !
Et puis dis moi à quoi te servirait un MBA ? Regarde tous tes collègues. Ils ont presque tous fait l'ENA. Est-ce que ça les rend plus compétents pour autant ?
 
Tiens, un MBA je t'en offre un. Tu as vu ? Joli non ? (2)
Voilà. Ainsi plus personne ne t'embêtera avec cette sordide histoire.
     

 
(2) - Vous aussi passez en quelques instants un MBA : http://www.faux-diplome.com/

.
Repost 0
Published by Eric - dans Actualité
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 09:07
RSA. On en cause. De son financement surtout.
Et si on créait une taxe sur l'égoïsme ? Ou sur la bétise ?
Il y a du pognon à ramasser vous ne pensez pas ?.
Vous avez remarquez que personne n'a envisagé d'entamer de 1,1% le bouclier fiscal.
Forcément hein puisque c'est un bouclier !! Malins les riches !
Il est aussi question d'attaquer les niches. C'est bien mais une niche ça reste une niche, ce n'est pas Versailles, votre clébard vous le dira !
A peine 200 patates à rabioter et il faut 1 milliard et demie au moins pour financer le Hirsch Gadget.
Au moins car il est question d'un besoin de 3 à 4 milliards en année pleine. 3 ou 4 ? Alors déjà qu'ils se crêpent le chignon et se torturent le neuronne pour boucler la première étape, je ne vous dis pas la gueule du 1,1 % l'année prochaine ou dans deux ans !
 
Taxer les revenus du capital ! C'est beau non ?
Venant de la droite Sarkozienne je veux dire.
Besancenot a du en tomber de vélo.
Au sein de l'UMP également il y a eu comme un vent de panique.
Il a même fallu y organiser à la va vite des cours de prononciation. Si si.
Pensez bien que cela n'a pas été facile les premières heures. Mettez vous à leur place aussi.
Le premier mot n'a sans doute pas posé de difficultés. C'en est un qu'ils maitrisent bien.
C'est après que les mâchoires ont du se crisper un peu.
Mais le pire a surtout été ensuite d'apprendre à le dire sans pouffer de rire.
 
Mais non c'était une blague. Continue de rêver Besancenot et remonte en selle, il n'est nullement question de taxer le Capital mais seulement le capital.
Vous n'aviez pas remarqué l'absence de majuscule ? Rassurez vous, vous verrez bientôt la différence !
Allez ne faites pas la gueule, c'est pour la bonne cause.
Pensez que vous allez contribuer à sortir plus de 3 millions de vos compatriotes de la misère ou de l'exclusion. Dixit Sarkozy.
Vous avez noté qu'il a dit "ou" et non "et". Il faudra choisir entre sortir de la misère ou de l'exclusion. Mais pas les deux, 'faut pas déconner non plus !
Salops de pauvres va, tu leur tend une main et ils te boufferaient le bras.
 
Je plaisante. Il a raison Nicolas d'aller chercher l'argent là ou il se trouve le plus facilement ! Il y a en France un vache à lait dont le petit nom est Classe Moyenne qui est toujours à se plaindre de tout mais qui ne risque pas de se barrer à l'autre bout du monde avec l'argenterie et les petites cuillères vers d'ensoleillés paradis fiscaux.
Il y aurait bien eu la piste des 100 milliards de bénéf que les entreprises du CAC 40 ont réalisé en 2007 mais à y réfléchir toutes ces boites ont déjà suffisamment de soucis en ce moment avec une économie souffreteuse qu'on ne va pas aller les embêter avec ces histoires de solidarité.
Et puis savent-elles même ce que c'est qu'un pauvre ? Et alors quoi, donne t-on de l'argent pour ce que l'on ne connait pas ?
Y sont-elles d'ailleurs pour quelque chose s'il y a 2 à 3 millions de travailleurs pauvres dans ce pays ?

Et puis Nicolas a dit que chacun devrait participer à ce bel effort de solidarité.
Il faut toujours écouter attentivement ce que dit le président. Chaque mot a son importance.

D'abord il a dit chacun. Ce qui ne veut pas dire tout le monde. Le commun pourrait s'y laisser prendre mais ceux de derrière le bouclier y auront certainement  vu une nuance exonérante. Les riches c'est bien connu, ça cause pas comme tout le monde.
Ensuite l'idée de taxer les revenus du capital pourrait laisser à penser que ceux et celles qui n'ont aucun revenu de cette sorte vont cette fois s'en tirer à bon compte.
Que nenni.

Prenez l'exemple des revenus fonciers, ceux de votre propriétaire.
Que croyez qu'il en fera de cette taxe sur ses revenus fonciers ?
A qui la refilera t-il à votre avis ? .
En économie on appelle ça l'incidence fiscale. Autrement dit ce n'est pas ceux qu'on croit ou qui devraient qui payeront au bout du compte.
Et finiront en finalité par raquer la taxe ceux qui ne peuvent la faire porter sur d’autres acteurs de l’économie.
C'est vieux comme le monde !
 
Eh oui salop de pauvres je vous le disais bien, qui vont encore gréver vos budgets.
Et si on les expédiait dans l'espace ?
Explorer et conquérir de nouvelles galaxies.
Tous les gueux, les sans grades, les malades, les dépressifs, les illétrés, les sans métiers, les feignants et faineants, les sans papier, les sans avenir ....
Tout cette misérable engeance qui creuse les trous de la sécu, plombe tous les budgets et salit le paysage.
C'est une idée non ?

Repost 0
Published by Eric - dans Actualité
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 09:55
Nous étions avec N. un peu pressés Samedi matin à la bibliothèque.
J'en suis resté au premier casier et j'ai choisi deux DVD sans trop regarder en détail.
Quand j'ai rouvert mes doigts je tenais Le privé de Robert Altman avec Eliott Gould et Entre chiens et loups d'Alexandre Arcady avec Richard Berry et Said Taghmaoui.
 
J'ai hier soir supporté le premier à peine plus de temps qu'il n'en fallut à ma quiche supposée de Lorraine pour réchauffer au four.
Je ne sais pas ou Norma place la Lorraine sur une carte ni ou et comment ils sélectionnent leurs fournisseurs mais je me suis quand même demandé si la matière première n'en était pas tout simplement du polystyrène. Mélangé à du vieux papier, un peu de farine et beaucoup d'eau on doit arriver à ce que j'ai mangé !
Enfin seulement le temps de ne pas supporter Elliott Gould dans le rôle du privé Philip Marlow. Après quatre bouchée de la première et dix minutes du second j'étais gavé.
Je ne connais pas trop cet acteur. La jaquette précise qu'il joue là un de ces meilleurs rôles. Quelle chance j'ai eu alors !
Je suis mauvaise langue en vérité. C'est le film qui sonne faux et se déroule bancalement. Aucun personnage n'est crédible. Pas même le chat qui est le héros des cinq premières minutes.
 
J'ai continué la soirée avec du saussisson pur Norma encore à défaut d'être pur porc et Entre chiens et loups, qui est plus distrayant mais ne me laissera pas non plus un impérissable souvenir.
Pas plus que le sifflard dont ma brosse à bien eu du mal à venir à bout ! Je me suis d'ailleurs demandé si les porcs de chez Norma n'étaient pas transgéniquement très modifiés et élévés avec le même polystyrène que celui de la quiche.

Le scénario est un peu rocambolesque et à certains moments tiré par les cheveux à s'en arracher de pleines touffes. 
Ce n'est donc pas un spectacle recommandé aux chauves !

Il raconte l'histoire d'Adrien, ex braqueur de génie atteint d'un cancer incurable et celle de Werner, ex sniper et mercenaire obsédé par le suicide. Tous deux ont de bonnes raisons de vouloir mourir. Qu'à cela ne tienne et on va même les payer très cher pour cela. Il est donc proposé à ces deux hommes de participer à un simulacre d'attentat contre un politicien Roumain dans lequel ils devront tous deux être abattus. Un contrat aux petits oignons et simple comme un bonjour.
Seulement, on s'en doute bien, les oignons vont roussir et rien ne se passera comme prévu. Le politicien est réellement dessoudé et nos deux héros se retrouvent bien vivants, bien entendu très fâchés d'avoir été joués et ainsi floués de leur belle mort. 
Ils se découvrent alors au centre d'une implacable machination, c'est comme ça qu'on dit sur les jaquettes, et se voient entrainés dans une haletante et infernale chasse à l'homme dans les verdoyantes campagnes roumaines et les rues de Bucarest...

Ce que j'ai surtout bien aimé c'est l'affiche et la chanson Entre chiens et loups.
C'est chanté par Hallyday et je ne connaissais pas ce titre. 

Puisque on est entre nous je vous la passe ....

 

 

Repost 0
Published by Eric - dans quotidien
commenter cet article
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 09:43
Vite aux abris !
L'ex est de retour ! Arghh !!
Pas vraiment en fait. Elle n'est jamais très loin même si je n'en parle pas beaucoup.
Disons qu'hier après midi elle était très en forme et m'a pris le chou un peu plus que d'habitude.
Au menu la désobéissance de N, son impertinence, et ce bien sûr toujours au retour d'un week end chez moi .... Et puis son mari, son rôle ... Et le droit de ceci et de cela que je donne à N ... Le tout soupoudré des éternelles suspicions et menaces à peine voilées que l'histoire m'a appris à ne jamais négliger.

Ayant réussi l'exploit de ne pas me mettre en colère j'ai d'abord écris un long texte pour me calmer. Pour moi.
Que j'ai raccourci, transformé en mail, rendu moins dur. Que j'ai hésité à envoyer. Pour ce qu'elle en fera me suis-je dit ! Que j'ai finalement envoyé. Les écrits restent.
 
Ce que c'est lassant vous n'imaginez pas d'avoir quelqu'un qui vous a en permanence en ligne de mire à essayer de vous trouer la peau comme un sniper en embuscade qui maintient constante la pression. Quelqu'un qui souffle le chaud et le froid selon ses humeurs, presque aimable un jour, totalement hystérique le lendemain.
Mon psy est très confiant puisqu'il pense qu'à moins de se trouver une nouvelle cible elle ne s'arrêtera jamais !!!
Chouette, je suis tombé sur l'inventrice du mouvement perpétuel !
Ceci dit si quelqu'un se sent la vocation de cible vivante, qu'il n'hésite pas à prendre contact avec moi, on arrangera le coup.
 
Qu'est-ce que tu crois ? Que je passe mon temps à programmer N à te désobéir ?
J'ai bien autre chose à faire et c'est me prêter bien des pouvoirs que je n'ai pas.
Ce ne serait déjà pas dans son intérêt  mais demande toi également si même ce serait dans le mien.
Lui apprendre à désobéir à sa mère ne ferait que préparer sa désobéissance à mon égard. Je n'aurais pour résultat que de me décrédibiliser.
J'ai une formule consacrée. "Quand tu es chez maman, tu obéis à maman. Quand tu es chez papa tu obéis à papa. Il y a des règles la bas et d'autres ici. Comme il y en d'autres à l'école ou d'autres encore au judo. C'est la vie, tu vas apprendre."
 
Je n'ai pas de problème d'obéissance avec cet enfant. Il ne semble pas qu'il y en existe non plus ailleurs.
Alors interroge toi et cesse de me ruer dans les brancards et d'instrumentaliser le moindre acte de désobéissance ou d'impertinence à ton encontre pour tenter de justifier la mauvaise influence que j'aurais sur lui ...
C'est un peu facile de faire porter le chapeau à autrui.
"Moi et mon merveilleux mari on fait tout bien mais son zèbre de père casse tous nos efforts"
 
Je suis ouvert au dialogue mais pas à ces recurrentes mises en cause toutes les fins de week end ou de vacances.
 
J'éduque N dans des valeurs de respect, d'obéissance, d'honnêteté, de loyauté, de partage, de sincérité.
Je n'utilise pas les mêmes moyens que toi et je ne place pas le curseur au même endroit.
Sur l'exemple que tu citais cet après midi ou il ne cessait de demander à cinq reprises une feuille pour dessiner. Tu décides de la punir. Très bien. Moi pas. Je dis non une cinquième fois. Et je continue de dire non jusqu'à ce qu'il se lasse. Il fait l'apprentissage que lorsque je dis non c'est non. Voilà, le message passe. Et peu à peu le nombre de non à marteler diminue.
Je n'ai rien à dire, jusqu'à certaines limites, sur ta façon d'éduquer N. Je pense que tu fais au mieux.
Eh bien moi aussi.
Si c'est un délit de ne pas penser comme toi et que mes préceptes d'éducation sont mauvais et font de moi un mauvais père qu'on me le fasse savoir.
Nous répondrons.
 
Un exemple sur la valeur sincérité :
Samedi matin il me demande s'il peut manger un bonbon. Je lui sort la boite, la pose sur l'évier et vaque à autre chose sans plus faire attention à lui. Un moment après il m'appelle et me dit "je n'ai pas encore choisi de bonbon. Je vais maintenant en choisir un"
Je sens bien sûr l'enfume à plein nez.
"Tu n'en a pas déjà mangé un ?"
"Non, je n'en ai pas encore mangé, j'ai pas choisi"
"Tu es sûr de ta réponse ?"
"Oui"
J'ai plusieurs choix ;
1) Aller lui sentir la bouche et le punir pour m'avoir menti.
2) Sûr de mon fait, lui affirmer qu'il est en train de mentir, refuser ce deuxième bonbon ...ou  le disputer ....voir le punir !
3) Le responsabiliser et lui demander de réfléchir à sa réponse.
"N. Je ne veux pas de mensonge entre nous parcequ'alors je ne pourrai plus te faire confiance. Cela veut dire que je ne te croirai plus quand tu me diras quelque chose. Réfléchis encore à ta réponse. Ce n'est pas plutôt que tu en as déjà mangé un et que tu en voudrais un deuxième ?"
Cela a duré cinq six secondes, le temps qu'il pèse le pour et le contre.
"Heu oui, j'en ai déjà pris un et j'en aimerais bien un autre"
"C'est bien N, tu as choisi la bonne réponse et je te remercie de ta franchise"
J'ai laissé passé un moment et je lui ai alors proposé d'en reprendre un deuxième. Je l'ai cette fois observé. Il a pris un bonbon, a refermé la boite et est allé la ranger tout seul.
 
On peut discuter et même critiquer ma façon d'agir en répondant que sa réaction n'a été motivée que par l'intérêt et que je lui avais bien balisé le chemin.
Peut-être. Seulement au moment ou il a pris sa décision il n'était nullement assuré que je l'autoriserai à prendre ce second bonbon.
Il connait aussi la valeur de mes refus.
Ensuite qui peut me dire qu'en le punissant ou le disputant je ne l'entraine pas à mieux mentir et dissimuler pour la prochaine fois ?
 
En tous cas cela se passe comme ça ici. Pour l'éducateur que je suis il importe moins d'être obéi que de le voir comprendre l'enjeu de la situation. Il s'est responsabilisé et a fait le bon choix. C'est plutôt positif.
L'éducation n'est pas une science exacte. J'ai en tous cas là le sentiment de conserver le lien. On pourra toujours revenir dessus ...
 
Oui je lui donne des droits. Celui d'avoir envie ou pas. D'aimer ou pas. De ne pas être d'accord, d'être de mauvaise humeur ou en colère. Le droit de choisir ou celui de préférer.
Il faut être cohérent. On ne peut pas dire en permanence à un enfant "tu es un grand maintenant" toutes les fois que cela nous arrange et lui dénier dans le même temps tous les droits des grands quand cela ne nous arrange pas.
Je ne suis pas là pour le brimer dans son expression mais lui apprendre à la cadrer, la canaliser et lui donner une forme socialement acceptable.
 
Autre chose et pouvant expliquer qu'il a en effet besoin à chaque fin de week end d'une petite période de réadaptation.
Mon choix pour le moment est de vivre seul.
Cela implique que la dicipline de vie au quotidien à laquelle est contrainte un famille de six personnes n'existe pas ici.
Cela signifie également que lorsque N est avec moi je lui consacre presque tout mon temps. La proximité et la complicité qui en résultent ne peuvent se réaliser de la même manière dans ton contexte familial.
Il n'y a aucune permissivité ou laxisme dans mon éducation donnée à N. Il est simplement plus libre ici par le fait.
Si cela aussi est un délit et fait des gens qui choisissent de vivre seuls de mauvais parents qu'on me le fasse savoir.
Nous répondrons également.
 
Concernant le rôle de ton mari je te rappelle que je détiens l'autorité parentale conjointe avec toi seule.
Tu es toi même belle mère de ses enfants et cela ne te confère pour autant aucun droit sur eux.
Tu ne cesses depuis ta rencontre avec Mr L de vouloir le placer en concurrence avec moi dans le rôle de père et d'éducateur de notre fils.
Cette volonté de me disqualifier est une stratégie dévastatrice pour l'avenir.
Je n'aurai eu de cesse de le répéter et ce depuis maintenant quatre ans !
 
Selon tes propres termes "il s'implique beaucoup et sans lui tu ne t'en sortirais pas"
Ce que tu délègues de ton autorité à ton mari te et vous regarde. Je n'ai pas à entrer dans ces questions.
Moi, détenteur de l'autorité parentale conjointement avec toi, je n'ai rien demandé et je ne délègue rien.
Pour moi ce monsieur n'a pas plus d'autorité que peut en avoir une maitresse ou une nourrice.
Il m'est déjà arrivé d'être en devoir de recadrer N sur le sujet. "M à dit ..."
M dit et pense ce qu'il veut mais  "Papa et Maman décident."
 
Il est totalement surréaliste de t'entendre parler exclusivement de "Nous" (toi et ton mari) en matière d'éducation de N.
Vous voulez agir comme si je n'existais pas.
N a son père, vivant, présent, impliqué. Ne vous en déplaise et cela vous chagrine manifestement.
Qu'il vive avec mon fils et moi pas ne change rien à l'affaire.
La nourrice voit quantitativement N beaucoup plus que toi. Je ne crois que cela lui donne de quelconques droits sur l'éducation de N.
Pourquoi si on te suis dans ton raisonnement ne pas transférer à des tiers l'autorité de tous les pères qui pour des raisons professionnelles sont absents de chez eux la moitié du temps ?
 
Tu brandis par ailleurs le statut de beau père comme un étendard. Mais c'est juridiquement et moralement une coquille vide.
Il est tout de même incroyable dans cette société qu'une femme parcequ'elle se remarie puisse avoir la prétention de gommer d'un trait le lignage d'un enfant et de vouloir substituer par confort personnel un parfait inconnu à son père père biologique quand celui-ci est présent et totalement investi dans son rôle.
Toutes ces choses peuvent prendre sens dans le cas d'un père absent, démissionnaire ou décédé.
Ce n'est pas le cas ici à ce que je sache.
 
Je trouve par exemple assez choquant que tu permettes à la maman de Mr L de se faire appeller Mamy. Aussi gentille que soit cette dame elle n'est pas la mamy de N. Elle n'est pas sa famille. Ta mère et ma mère sont ses mamy. Il n'en a pas d'autre.
Si demain je me remarie et que toi même divorces et te remarie une troisième fois, il se passe quoi pour l'enfant ?
Il en sera à combien de mamy ? huit ? Plus un droit de visite à l'ex beau père ? Seulement quand on divorce, on perd son statut de beau père. Pas celui de père. C'est la différence avec la famille et les limites de la famille recomposée.
 
Je n'ai rien contre les familles dites recomposées, le monde va comme il va, mais je suis tout à fait fermé aux mélanges des genres. J'accepte l'idée que les enfants puissent s'adapter à la condition de ne pas leur pertuber tous les repères.
Et concernant N, attention ....
 
Un dernier point. J'insiste encore une fois pour voir et signer tous les documents administratifs relatif à N. Je te remercie d'avoir l'obligeance de me communiquer les informations sur leur teneur mais il m'importe également de les avoir en main propre et de les parapher moi même.
 
Merci de ton attention
 
Repost 0
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 20:17
Week end du patrimoine c'était.
Vingt cinq ans que ça existe ai-je lu.
Que le ... mais je crois que je l'ai déjà dit cette semaine !
Je n'y avais jamais participé.



Cette année j'ai voulu aller visiter la BNU, la bibliothèque nationale universitaire, la deuxième du pays avec ses trois millions d'ouvrages.
J'étais en fait alléché par le récit qu'un copain m'avait fait des kilomètres de galeries qui se trouvait sous la place de la République.
Ah bon, là, sous mes propres pieds à moi, eh bien ça alors !
J'ai vendu le truc à N, pas plus enthousiasmé que ça au départ, et nous y sommes allés ce matin.
 
Ce fut un peu décevant il faut convenir.
Déjà pas de visite des sous sols et des galeries.
Pas de chance hein ! :-)
Sur une heure de visite guidée nous aurons passé cinq minutes à l'entrée devant quatres photos, dix à arpenter des couloirs et des escaliers qui n'ont rien à envier à ceux d'une quelconque administration, dix autres devant un écran pour nous expliquer les modalités de prêt et tout autant devant les plans du futur projet de transformation.
Je serai bien ingrat si je ne mentionnais pas non plus la salle des microfilms et ses inoubliables et incomparables classeurs métalliques ,qui vaut sans doute d'être inscrit au programme de tous les tours opérators, comme la photo vous le montre !
Il restera une courte visite à un atelier de restauration à ce point bien rangé que cela perd finalement tout intérêt et une autre à la coupole, le dôme en verre qui surplombe le bâtiment.
 
C'est pour nombre de lieux un peu la contradiction de ces journées du patrimoine.
La bnu n'est pas un musée et n'a pas vocation en dehors de ses expositions de présenter au public ses inestimables trésors.
Elle est riche de milliers de documents qui sont d'une extrème rareté et fragilité et on voit mal le public se promener au milieux des papyrus et autres incunables.
C'est un lieu de conservation, de travail, de restauration et de prêt. Mais sur les 3 millions de documents seuls 35 000 des plus usuels sont accès direct dans les salles de lecture. Les autres doivent faire l'objet d'une demande et sont dissiminés à travers une infinité de magasins.
 
D'une certaine manière c'est un peu dommage.
J'aurais aimé voir ces kilomètres de galeries remplis de bouquins. J'aurais voulu voir comment et dans quelles conditions sont conservés les documents et manuscrits. J'aurais aimé voir comment ils sont manipulés ...
Et puis je suis certain que N aurait pris beaucoup de plaisir à dessiner et colorier sur un papyrus !
 
Pour que ce billet ne soit pas complètement inutile voici la BNU en quelques chiffres.
- Plus de 220 000 ouvrages sont antérieurs à 1810 dont près de 2000 incunables.
- Au département Papyrologie on trouve 5200 papy russes (très bien conservés) et 5000 volumes en Egyptologie.
- La numismatique compte 39 000 monnaies et autres objets monétiformes.
- Ce qu'on nomme Iconographie (affiches, CP, estampes, ex libris, tracts ... etc) recèle 30 000 documents relatifs à l'Alsace et un fond général de 25 000 unités.
- 4000 cartes d'Alsace et 40 000 cartes généralistes
- Un peu plus de 6700 manuscrits de toutes époques
 
Et comme si cela ne suffisait pas, le fond s'accroit de près de 25 000 document par an, sans compter les périodiques. Pas moins de 6000 abonnements en cours !!!
 
Et nos blogs, ils vont les conserver aussi ? :-)
 
Puisqu'on est à parler de patrimoine et que mon appart se trouve juste en face je ne résiste pas au plaisir de vous le montrer.
Léger, aéré, simple, sans fioriture, modeste  ...
Ce quartier date en fait de la fin du XIX ème siècle, à un moment ou l'Alsace était terre teutonne. Ce qu'on nomme aujourd'hui Palais du Rhin est l'ancien Palais Impérial de Guillaume II.
Le bonhomme n'y serait venu que cinq fois en quinze ans raconte t-on ...

 
Repost 0
Published by Eric - dans tourisme
commenter cet article
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 19:57

Chaud les marrons, chauds !
On en trouve partout, mais qu'en faire ?
Les manger je me suis dit !!
Sans complexe je les mis au four et à la poêle !!
Ah ah ah :-)) 
Bon eh bien ce n'est pas si simple ! Et puis de toutes façons m'a t'on fait savoir, merci papa, ceux là ne se mangent pas.
Il restait à jouer avec ....



N a étrenné son velo mercredi soir et mais en a surtout beaucoup usé ce week end ...


.

Repost 0
Published by Eric - dans Activités
commenter cet article
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 22:45
Ce n'est pas que je délaisse le blog mais je passe mes journées à écrire ... des lettres de motivation.
Il y a des moments je sature.
 
L'avantage d'avoir fait beaucoup de choses est que je peux finalement, si je modifie un peu mon point de vue, me positionner sur beaucoup d'annonces.
Le désavantage est que je ne correspond jamais totalement au profil.
La rédaction des lettres de motivation devient alors gymnastique de haut vol.
 
Depuis hier par exemple j'ai tour à tour été conseiller pédagogique, conseiller commercial, assistant de caisse, infographiste, téléopérateur, technicien hot line ... entre autres.
Tout ne m'excite pas de loin s'en faut, mais comme dit à l'ouest du Pecos, tirons d'abord et discutons après !
Il me restait encore dans la liste du jour à endosser l'uniforme d'inspecteur de nettoyage.
Mais je n'en peux plus pour aujourd'hui. Je suis sec et repassé si je puis dire :-)
 
En lisant la définition de ces postes, parfois un peu succinte il vrai, surtout pour les annonces ANPE, je ne vois rien de redhibitoire à assumer ces fonctions. En même temps je ne colle que très rarement aux critères qui sont énoncés par les entreprises pour ces recrutements.
A part le permis de conduire ou il y a consensus :-)
Mais je me décoince. La plupart de mes candidatures partant par mail, je ne risque rien à lancer l'hameçon.
Non pas que l'envoi par la poste soit dangereux mais il n'existe pas de tarif pour miséreux. Un timbre entrée de gamme par exemple, un qu'on collerait avec la langue, qu'on devrait découper soi même ...
 
Ce qu'il faut se dire je pense c'est qu'une entreprise qui veut recruter dessine d'abord un portrait idéal.
Le fameux mouton à cinq pattes à laine ignifugée et lavable en machine.
Le mec ou la nana qui parle douze langues dont le serbo croate en verlan, a fait Harvard sans oublier de passer son permis cariste et qui ne demanderait que le Smic.
A partir de là on ne peut pas préjuger de ce qu'elles recevront comme propositions.
On ne sait le plus souvent pas grand chose en vérité.
Qui va lire, dans quelles conditions, qui décide, selon quelles modalités ?
La taille de l'entreprise, son secteur, sa culture, ses valeurs, celles qu'elle affiche et celles qu'elle pratique ... autant d'éléments qui selon le poste vont plus ou moins jouer en faveur ou défaveur de tel ou tel profil.
 
Le recrutement n'est pas une science exacte.
Les institutionnels, les cabinets, les officines diverses et variées de conseil et autres gourous du placement ne formalisent le plus souvent que du vent.
A se demander si parfois elles ne font pas plus de mal que de bien. "Fais pas ci, fais pas ça, n'écrit pas ça, écrit le comme ça, le CV comme ci, le CV comme ça ..." C'est parfois crispant à en écouter certains.

Au delà de quelques règles de bon sens ; ne viens pas pieds nus, ne met pas les pieds sur la table, ne pose pas tout de suite tes congés, n'arrive pas deux heures en retard, ne passe pas ton temps le regard dans le corsage de ton interlocutrice, remonte aussi ta braguette, madame n'est pas là pour ça, bannis les loups de nez sous la chaise, n'écris pas sur du papier toilette, ne la joue pas version Zola, ne fais pas dix fautes par ligne ... etc, il n'y a pas réellement de modus operandi.
 
Sur un document ANPE dédié à la lettre de motivation on trouve par exemple le conseil suivant :
Ne pas trop en dire, mais en dire assez pour avoir envie d'en savoir plus.
C'est beau non ?
Je ne suis pas certain que le blaireau qui a pondu cette brillantissime maxime ait jamais écrit la moindre lettre de motivation de sa vie.
 
Je suis confiant en fait. Le soutien de mon conseiller préféré n'y est pas non plus pour rien.
Pour moi le point faible reste l'urgence materielle. Payer le loyer, le carbu, bouffer et conserver le Net.
Lors de notre dernier entretien, il me disait par exemple de ne finalement pas hésiter à dire franco dans une candidature que je ne collais pas aux critères exigés dans l'annonce et d'argumenter sur ce que je pouvais apporter.
Cela peut paraitre tout bête de l'exterieur mais cette remarque a provoqué un déclic aux vertus décomplexantes et ouvert d'infinies perspectives.
D'ou mes réflexions du moment et ma frénésie d'écriture ces derniers jours.
Je me concentre maintenant sur la définition de poste et je fais l'impasse sur les critères. Toute mesure gardée bien entendu. Il y a des compérences techniques sur lesquelles on ne peut faire l'impasse !
Il faut seulement être crédible.
Je n'aurais pas par exemple candidaté à quelques uns des postes cités plus haut la semaine passée.
Pas pour moi. Alors que ... hein ...
Un exemple ? Conseiller pédagogique pour une célèbre boite de soutien scolaire à domicile. Bac+4, Capes, expérience de professeur ... etc.
Si je m'en tiens là je bâche. Alors que le poste tel qu'il est défini est tout à fait dans mes cordes.
Je leur ai fait la bafouille suivante.
Ce n'est pas encore top je conviens. Un peu ... creux sans doute.
Je pense pouvoir faire mieux mais déjà je me met sur la ligne de départ. Et comme chacun sait il ne faut jamais négliger les outsiders !
Ils en feront et en penseront ce qu'ils voudront n'est-ce pas mais je me fixe dorénavant comme règle que je ne sais rien. Rien de ce qu'ils vont recevoir comme propositions et rien de leurs critères subjectifs.
Après ça s'appelle ... la vie tout simplement !
Et qui vivra verra et qui ne risque rien n'a rien ... etc

Madame, Monsieur

 

  

C’est avec plaisir que j’ai pris connaissance de votre annonce sur EstJob.com et que je vous présente ma candidature pour le poste proposé de conseiller pédagogique – chargé de clientèle.

 

Avec plaisir et aussi beaucoup d’intérêt en dépit du fait que ma formation et mon parcours sont assez éloignés des critères que vous avez défini pour ce recrutement.

 

Mais je pense qu’il vous importe avant tout de trouver la bonne personne pour répondre au mieux à la double exigence de ce poste. A la fois conseiller pédagogique mais également chargé de clientèle.

 

Mes atouts pour cette mission ? Ma maturité, mon sens du service, ma polyvalence, mes capacités d’analyse, mon goût des contacts, mon adaptabilité. 

Et bien sûr mon sens commercial qui s’est exercé tant en qualité de technico commercial, de chef d’entreprise ou encore de commerçant.

Cette fonction exige de grandes aptitudes relationnelles. J’ai eu l’opportunité au cours de mes nombreuses expériences de les développer et de mettre en œuvre ces qualités d’écoute et de conseil indispensables pour ce poste.

 

XXXXX est leader de son secteur et c’est toujours un challenge de travailler pour les meilleurs.
C’est un défi que je relèverais avec enthousiasme.

 

Ma candidature est garante pour vous de sérieux, de rigueur, de fidélité.

Mais le mieux serait bien sûr de se rencontrer afin de discuter plus librement et plus en détail de ma proposition.

Je me tiens à cet effet à votre disposition pour un prochain rendez vous.

 

Dans cette attente je vous prie d'agréer Madame, Monsieur l'expression de mes salutations distinguées.

 
.

 

Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article