Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Autre liens

. Webcam Strasbourg
  ACTUALITE
EN LIGNE
. Rue 89
Le monde 
Libération 
  Le Figaro
. L'express 
  Le point
   
. HoaxBuster
. Charlatans
  Allo Streaming 
   

Pensées

« Vis ta vie comme si tu devais mourir demain. Apprend comme si tu devais vivre toujours »
Mahatma Gandhi

« Plaire à tout le monde, c'est plaire à n'importe qui »
Sacha Guitry

« Délaisse les grandes routes, prends les sentiers »
Pythagore

« N’estime l’argent ni plus ni moins qu’il ne vaut : c’est un bon serviteur et un mauvais maître» 
A. DUMAS Fils

« La richesse est un instrument dont on use, et non un dieu que l’on vénère» 
Calvin Coolidge

« Comment savez-vous si la Terre
n'est pas l'enfer d'une autre planète ? »

Aldous Huxley
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 23:10
Depuis un mois que je suis à la galerie je suis peu gêné aux entournures pour parler des expos, des artistes, de peinture ...
Pas de ma vie de galériste ; ça je peux le faire sur cet espace.
Mais citer des noms comme je l'ai fait dans le billet précédent c'est à coup sûr établir un lien que je ne souhaite pas forcément.
A trop associer certains mots clés c'est assurément à terme sortir en meilleure position qu'elle. Du moins pendant encore quelques temps, celui de faire le travail de référencement.
 
Il y a bien sûr une solution à ce frein. C'est de ... créer un blog de la galerie et de simplement vous y inviter si cela vous intéresse.
 
J'y pense depuis que je suis arrivé.
Mais mon boss y pense depuis bien plus longtemps.
Il en a même fait créer un par une des précédentes permanentes.
Cela a été un bide total.
D'abord parceque personne ne comprenait ce que pouvait être un blog et que tout le monde faisait la confusion avec un forum privé entre membres.
A leur décharge il faut dire que tout avait été mis en place pour entretenir ce flou.
Il n'y a pas eu dix billets en trois mois et les commentaires non signés des uns et des autres qui se sont enchevêtrés pendant un petit moment ont rendu le machin totalement imbuvable.
La charte graphique choisie n'avait aucun lien avec celle du site et on devait un peu se demander à quoi servait précisément cet espace.
 
Depuis quelques jours je teste mon boss pour m'assurer qu'on est sur la même longeur d'onde et que je vais pouvoir donner l'orientation que je pense être la plus pertinente pour la galerie.
Je vais par exemple aller demain à St'Art et je suis autorisé à faire un billet sur le sujet. Du moins si la technique suit. J'ai quelques soucis d'appareil photo et je n'ai trouvé personne pour m'en prêter un.
Ce que je veux en effet c'est ouvrir l'espace à d'autres sujets d'actualité de la vie artistique locale.
Pour ce qui nous concerne une fois qu'on a dit que de telle date à telle date machin exposait il n'y a plus de raison de venir sur le site. Comme de toutes façons sur lesdit site et concernant l'expo il n' y a pour le moment rien d'autre que ces mêmes dates cela limite grandement notre pouvoir d'attraction.
 
Je pense qu'il faut créer et developper un lien avec le public au travers d'un support qui soit vivant, interessant, actualisé, dynamique, aux centres d'intérêt plus élargis. Trop concentrée sur elle même la galerie n'interesse qu'un public trop restreint.
En se rendant intéressante sur le web je suis convaincu qu'elle donnera envie à un nombre plus grand de venir la visiter dans la réalité.
 
De mes désirs à cette réalité il va y avoir plusieurs pas à franchir. Les bonnes révolutions se font étape par étape.
Déjà je vais pouvoir mettre des photos sur St'Art ; je pense que c'est la première fois que l'association parlera d'autre chose que d'elle même.
 
Hier après midi je me suis donc mis au travail et j'ai ouvert le blog de la galerie.
De nouveau dans ces p.. de CSS pour adapter autant que faire se peut le modèle de base ! :-)

Ce n'est pas grand chose que cet espace mais je peux vous assurer que c'est déjà une révolution pour l'association.
Je ne manque pas d'idée mais je vais y aller très progressivement.
Mon patron est lui plus que ravi mais il n'est pas tout seul.
Il m'a même laissé envoyé 1300 mails simplement composés d'un joli bandeau de présentation avec un énorme et clignotant "cliquez ici" pour annoncer le nouveau blog :-)
Plus qu'une révolution ça !
 
Je sais bien que tout ça peut faire sourire mais à trop fréquenter des gens pour qui le web est devenu aussi banal qu'un cure dent j'en avais oublié que pour beaucoup c'est encore loin d'être naturel.
 
Mais rien de ce que j'entreprend ne serait possible sans mon patron à qui je dois rendre hommage.
Qui déteste d'ailleurs que je le nomme ainsi !
Il a tord parceque qu'ils se comptent sur les doigts d'une demi main ceux que j'ai eu dans ma vie envie de reconnaitre comme tel.
Dans mon panthéon des cons je peux vous assurer qu'il y a du monde !
D'abord c'est un bosseur. L'association ne vit que par son inépuisable énergie .
Ensuite c'est un esprit ouvert et tolérant. Il ne comprend par exemple pas toujours tout du web mais il sait c'est que là ça se passe.
Alors il y va.
Et moi qui retrouve peu à peu celui que j'étais avant 2002 j'aime ça.
Vous n'imaginez pas combien c'est appéciable de vivre aux côtés d'une hierarchie de cette nature.
Avec lui c'est tous les jours un peu "allez à l'attaque"  :-)
 
Je suis content et je pense qu'en onze mois on va ensemble faire des choses sympas.
C'est ma première expérience positive dans l'associatif.
Le milieu n'a pas que des bons côtés mais travailler sur un projet et non sur un objectif de chiffre d'affaire change beaucoup la relation au travail et aux gens.
 
Me reste à trouver de quoi compléter mon revenu.
Les choses s'esquissent un peu plus précisément avec la galerie d'art africain d'à côté. C'est plus complexe mais un défi sympa aussi.
Trop fort ça non !
Trouver du boulot dans deux boutiques adjacentes !
Je vais peut-être me contenter de draguer sur le chemin qui mène jusqu'à chez moi :-)
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 23:09

C'est une des oeuvres exposées en ce moment.

La plus .... dérangeante.

La barbarie du sujet bien sûr mais aussi la façon très crue avec laquelle l'artiste exprime sa colère et son dégôut.

Ce n'est pas un tableau mais une sculpture en bois et carton d'un bon mètre de hauteur.

Je vous laisse deviner de quoi il s'agit. Le titre rajouté qui est celui de l'oeuvre devrait vous aider ...

Il n' y a pas foule à la galerie mais les premières réactions sont pour le moment assez mitigée je dois dire.




Extrème mutilation de Jean MICHEL


.

Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 09:56
J'ai passé la soirée d'hier à essayer de comprendre le rewriting d'url !
Sexy non ?
Plus les jours et les semaines passent plus je me replonge dans l'informatique.
C'est marrant parceque cela fait vingt ans que directement ou indirectement j'en fais et à peu près le même temps que j'essaye de m'éloigner du sujet.
Mais rien n'y fait et je retombe dessus à tous les croisements de ma vie.
 
L'informatique et plus précisément la programmation j'ai adoré ça le temps de ma formation.
Qui n'a pas duré longtemps. Un peu plus de dix mois.
Cette courte période a été la plus excitante intellectuellement de ma vie.
J'étais jeune et je ne savais pas quoi faire de mes os que je trainais de petits jobs en petits jobs en me désespérant de l'avenir.
Quand j'ai intégré ce stage j'ai eu un coup de foudre.
A l'époque on faisait surtout du cobol.
Je n'étais pas bon. J'étais très bon.
C'était bien la première fois de ma vie que j'excellais dans quelque chose.
 
Seulement à l'issue du stage qui n'était pas diplômant il m'a été impossible de trouver un poste d'analyste programmeur.
Etait toujours exigé le BTS ou le DUT.
D'un autre côté tous les potes que j'avais et qui faisaient ce boulot ne me racontaient rien de très excitant sur le sujet.
Je me suis retrouvé formateur et l'info sous cet angle a commencé à me gaver.
J'en vivais mais me désinteressais du sujet.
Je n'apprenais plus grand chose et évoluais à minima, déterminé à changer de job et de matière.
 
Seulement l'étiquette me collait à la peau et toutes les fois que j'avais à chercher du travail c'était vers l'info que je me tournais ou qu'on me renvoyait.
C'était très inconfortable car mes compétences n'étaient finalement pas très étendues et ma maitrise du cobol perdait de sa pertinence avec le développement des la micro informatique.
D'autres systèmes, d'autres langages, d'autres environnements voyaient le jour.
J'étais moi complètement largué sans pour autant être en capacité de couper les amarres.
Informaticien j'étais et restais.
 
J'ai souvent été infidèle mais les circonstances me ramenaient toujours à cette matière.
J'avais pourtant avec le temps de moins en moins de choses à en dire.
En 2000 je me suis mis au web par curiosité et par défaut mais en ayant toujours à l'esprit l'idée de tourner définitivement la page.
N'être plus qu'un utilisateur lambda était mon rêve.
 
Faire des sites, grâce aux outils WYSIWYG n'a pas été difficile.
Même pas pas besoin d'apprendre quoique ce soit :-)
Je me souviens très bien de la première entreprise mise en ligne.
Le site existe toujours http://www.oncletom.com/. La boutique aussi mais qui se désinteresse totalement du web et qui n'a pas fait de mise à jour depuis au moins six ans. Ils continuent pourtant de payer le domaine et l'hébergement à mon ex associé !!
Il y a même encore le nom de ce qui sera et qui n'était pas encore à ce moment là mon entreprise  sur le sujet : iweb consulting.
C'était marrant.
J'avais encore la librairie. C'étaient ses derniers mois.
Mon pote est arrivé un matin et m'a dit " j'ai vendu un site à l'oncle tom. Ne reste plus qu'à le faire !"
Un site ? Mais comment fait-on un site ?
Franchement, il n'est pas mal non pour un premier ? Pour l'époque le design était plutôt novateur.
 
Il y en aura de très nombreux autres par la suite sans que je daigne m'interesser vraiment au sujet.
Puis les problématiques de référencement sont venues se greffer peu à peu.
C'était intéressant mais je voulais faire autre chose !
 
Après que ma vie ait complètement explosé et que je sois resté dans le noir total quelques années il était clair que je ne voulais plus entendre parler d'informatique.
J'allais au moins profiter de ce triste épisode pour clôturer définitivement ce chapitre.
 
Mais que nenni !
Il y a à peu près un an, quand j'ai commencé à émerger et me souvenir que j'étais vivant le premier truc auquel j'ai pensé c'est ... le web !
A ce moment là je ne voulais rien sacrifier du peu de temps que je passais avec mon fils. La seule voie envisageable était alors de me remettre à mon compte pour être maître de mon temps.
Mais que faire ?
Ma façon de concevoir des sites avait beaucoup  vieilli et je n'avais pas envie d'investir sur une matière que je ne cessais de vouloir dans le même temps quitter.
Pas contradictoire comme garçon hein !
Il restait le référencement.
Mon idée a été de faire de la qualification d'audience. Concevoir des pages sur des thématiques porteuses, créer des contenus optimisés, les placer dans Google et monnayer cet espace à forte visibilité.
Cela n'a pas été un échec à proprement parler. J'ai réussi quelques belles performances en terme de positionnement. Les audiences grimpaient régulièrement ... mais pas assez rapidement. Avant de pouvoir en vivre il allait se passer au moins trois siècles !
 
Je me suis donc remis à chercher du travail en Juin de cette année en éliminant complètement toute annonce ayant trait à de l'informatique ou à Internet.
Conseiller à l'emploi et à l'insertion je voulais faire et je ferai !
 
Tu parles !
Me voilà dans une galerie d'art avec entre autres casquettes celle de webmaster.
Je suis plongé tous les matins et tous les soirs dans les feuilles de style et bientôt à devoir apprendre le PHP si je veux dynamiser leur site. Il y a une base données à concevoir et mettre en ligne pour l'artothèque et ... deux ou trois autres bricoles.
J'ai également rendez vous tout à l'heure avec une galerie d'art africain qui a un très beau site de vente en ligne mais qui n'a aucune visibilité sur le web.
Une usine conçue par un informaticien pur jus et complètement déconnecté de la réalité.
D'ou le rewriting d'url du début de ce billet.
Vous avez déjà remarqué dans votre barre d'adresse lorsque vous surfez sur certains sites des choses comme ça : ../index.php?page=shop.browse&category_id=66&option=com_virtuemart&Itemid=27.
Sexy aussi non ?
Eh bien Google n'apprécie que très moyennement ce genre de grammaire. Ce sont des pages conçues dynamiquement en réponse aux requêtes de l'utilisateur lorsque il visite un site. Cherchez les mots cles dans ce charabia.
Une voie possible pour aider au référencement est de ré écrire à la volée ces adresses dans un langage plus compréhensible pour les moteurs.
Il suffit d'intercaler entre la requête faite par l'utilisateur et la réponse du serveur un fichier qui ré écrit les url.
Voilà en résumé si j'ai bien tout compris.
Je ne vous dis pas le bordel !
 
En fait je n'aime les informaticiens, ces gens qui ne voient la vie qu'en 0 et en 1 ! :-)
Je ne veux pas être informaticien.
Je ne veux pas qu'on dise que je suis informaticien.
Je vais peut-être continuer mes séances chez le psy finalement ...
D'autant que depuis un mois j'aime de nouveau ça !!
Au secours !
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 22:09
Je ne sais pas chez vous mais ici c'est l'ambiance bonnet gants double écharpe.
De ma vie d'avant je regrette la cheminée.
J'aurais pu apprècier l'hiver rien que pour ces moments passés devant le feu avec mon chien.
Eh vieux Murph tu m'entend de là haut ?
Tu te souviens ?
Tu me manques tu sais ...
Il y avait aussi une femme près de l'âtre.
Mais je n'ai plus envie de regretter.
J'en suis au point de me demander quand je la revoie comment j'ai pu être assez fou !
La passion ne rend pas aveugle, seulement con.
Et je n'ai pas fini de payer ...
 
La bourde de la semaine :
- Vous allez aller à Start ?
- ???? Heu ... je ne sais pas encore. 
 
Culturisé le galériste je vous jure !!
Inculte va !
St'Art et pas Start.
 
J'rai donc à St'Art, la FIAC locale.
40 grosses galeries et 13 pays représentés.
J'ai reçu après coup une invitation et je vais surtout y aller pour distribuer des flyers.
Le temps sans doute de me faire virer par le service d'ordre :-)
Pas grave. Ce qui est distribué n'est plus à distribuer.
Mr J. en a tiré 5000 des flyers et se demande après coup comment il va les diffuser ! Il serait temps ! Je pense qu'il ne se rendait pas trop compte de ce que ça représentait comme quantité.
 
En attendant les murs de la galerie sont vides. C'est étrange cette nudité. Comme un air d'abandon.
Les artistes ont remballé hier soir et le suivant n'investira les lieux que demain pour l'expo qui débute mardi.
Il s'agit de celui dont j'étais inquiet pour l'affiche.
Il a en fait été ravi de mon travail. Il a particulièrement apprécié le dégradé de gris en fond. Celui là même que je n'arrivais pas à virer ! Il y a vu beaucoup de créativité de ma part.
Je n'allais pas n'est-ce pas décevoir cet homme de goût et je me suis même permis d'en rajouter un peu sur la mise en valeur de son oeuvre qu'offait mon choix ! :-)
Il faudrait juste pas qu'on ne me redemande la même chose.
Photoshop je pratique encore à la grosse louche.
 
Ce sera déjà la fin de ma période d'essai la semaine prochaine.
Je n'ai aucun souci sur le sujet.
Je pense que mon patron appécie mon travail et surtout mon implication, même si elle le laisse un peu perplexe.
Il ne sait juste pas d'ou je sors ni les enjeux pour moi de ces onze mois qui viennent.
J'aime bien ce job. J'aime le boulot, la diversité des casquettes que j'enfile et des gens que je rencontre, être en contact avec des peintures ou des sculptures, les relations que je peux me faire.
Se dessine aussi la perspective de compléter mon temps partiel et mon salaire en proposant mes services comme webmaster aux artistes ou aux autres galeries. J'ai déjà deux ouvertures. L'une pour un site et l'autre pour du référencement. Je ne sais pas si cela se fera mais le positif est qu'il y a du possible.
Je suis un peu frustré pour le moment car les sites qui seraient à faire ne sont pas difficiles techniquement mais exigent seulement une bonne maitrise du design.
Ce qui n'est pas mon point fort.
Un artiste sur le web il faut le mettre en scène.
Je sais et visualise ce que je veux mais je suis encore incapable de le concrétiser.
Patience ....

.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 10:08
Ce n'est pas vraiment la bousculade à la galerie.
C'est presque un euphémisme.
Les artistes du moment tirent un peu la tronche.
Cela ne va pas s'arranger avec le suivant.
 
Je découvre que toute la com repose en fait sur le journal local. Depuis sa création la galerie bénéficie d'une certaine présence grâce à l'appui d'une pigiste bien introduite dans le milieu artistique et qui propose régulièrement des compte rendus de ce que nous faisons.
C'est ainsi depuis le début et la galerie s'est construite sa notoriété sur cette présence régulière dans le canard.
 
Mais depuis quelques semaine plus rien.
Le phénomène est aussi mystérieux que soudain
Avec pour conséquences une baisse drastique de la fréquentation et un mécontentement grandissant des artistes.
C'est qu'ils le veulent leur article les bougres !
Là ou il y a maldone c'est quand tout ce beau monde réagit comme si c'était un du de la part du journal de leur consacrer un article..
Le peintre du moment en est à parler de responsabilité morale du canard d'informer la population sur les activités culturelles de la ville !
Il y a de l'idée mais l'ami artiste saute vite aux conclusions !
L'assoc est responsable pour une part de cet état des choses car elle "vend" cette présence média sans en détenir la moindre maitrise.
Aujourd'hui elle se la reprend en pleine palette.
 
Je ne sais pas dans quelle mesure c'est inquiétant pour moi.
La structure associative me protège un peu et les faibles besoins de fonctionnement devraient suffire pour continuer quelques temps. Les réservations laissent du travail pour trois ou quatre mois.
 
Mais de pouvoir rester ouvert n'est pas suffisant.
Les deux exposants du moment ont vécu deux jours durant cette faible fréquentation. Ils sont en effet assuré eux même les permanences des 1er et 11 novembre.
Je suis allé leur faire coucou mardi dans l'après midi.
Joyeux ils étaient ! :-)
C'est pas de chance d'être tombés sur eux en la circonstance car je pense que ces deux là vont nous soigner.
L'un est une ex pointure de l'architecture à la retraite occupant encore des sièges de président ou vice président de quelques grosses structures du domaine de la culture et l'autre bosse à la DRAC et est conseillère municipale d'une importante commune d'à côté.
Je découvre à l'occasion le persiflage mondain.
Cette façon très savoureuse de dire du mal d'autrui avec sourire et onctuosité.
Ces deux là sont rompus à l'exercice !
Le suivant semble peu mondain et plus givré mais il n'en jette pas moins un oeil sévère sur cette situation.
Il mate le canard tous les jours et s'est déjà plaint de notre absence.
Normal. Elle lui avait d'une certaine façon été promise .
 
C'est vrai qu'une expo sans visiteur on ne pas dire que ça fasse vraiment sens !
Je crois que c'est là que ça va d'abord gripper.
 
Dans les petites structures on est très proche du pouvoir. Mais cette proximité n'en donne aucun.
J'ai envie de dire des choses mais je me rend compte dans le même temps qu'on ne me demande rien :-)
Alors je ne dis rien et je continue d'apprendre mes css.
C'est mon arme magique :-)
Quelques bonnes semaines bien tassées encore au rythme ou j'incurgite ! Ah j'ai du mal !
C'est très bien d'avoir un objectif précis d'apprentissage mais en même temps je vais du coup trop vite et je suis obligé de revenir en permanence en arrière parceque j'ai chinté des étapes du processus. C'est difficile de construire sa propre progressivité sur un sujet qu'on découvre plus ou moins.
Et puis je suis long à la détente franchement !
C'est aussi stressant parceque j'en ai besoin tout de suite hier de cette compétence.
Soyons honnêtes, mon impatience étant plus grande que l'urgence fiévreuse que la remarque précédente peut laisser à penser.
 
Il y a je pense que le web peut apporter quelque chose.
A moins d'avoir un budget pub et com réelle c'est de toutes façons la voie unique pour espérer se faire remarquer et faire du mouv à moindre prix.
Mais ce n'est pas là qu'une question de css à régler malheureusement.
La culture web ne s'installe pas aussi facilement que cela, clic clac regarde comme c'est merveilleux !
C'est long d'acquérir de nouveaux réflexes.
Les révolutions en un jour ne font  juste que tout casser et rien remonter.
 
Tout ça pour dire que les artistes vont pouvoir se plaindre encore quelques temps :-)
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 22:07
J'ai vendu mon premier tableau cet après midi. :-)
A être plongé depuis près de deux semaine dans le source des sites et leurs mises à jour, à tenter de m'y retrouver dans les répertoires, listes, fichiers d'adresses et autres arborescences mystérieuses,  à m'efforcer de suivre le planning des mailings et autres communications ou encore à m'arracher les cheveux avec PhotoShop j'avais oublié que j'étais aussi là pour ça.
Seulement  pendant quelques jours je suis tout seul !
Je passe donc allègrement du rogneugneu bougonneux et concentré que je suis quand je bosse à l'écran au tout sourire chaleureux quand un quidam rentre dans la boutique.
 
Une vraie vente en tous cas.
La dame cherchait des choses pour son nouvel appartement. Plusieurs tableaux lui plaisaient mais elle hésitait, se tâtait, ne voulait pas acheter maintenant qu'elle était encore en travaux.
Elle allait repartir, avait la main sur la porte .... je l'ai suivie, j'ai relancé la conversation, l'ai ramenée vers l'intérieur de la galerie, vers les tableaux qu'elle avait apprécié .... et puis voilà.
L'élément déterminant a bien sûr été le prix. Ceux pratiqués par l'exposant du moment sont bas. Autour de 500 euros. La précédente artiste était autour de 1200. Ce n'est pas tout à fait pareil n'est-ce pas !
La cascade qui illustre ce billet ira donc orner la future entrée de madame.
Vous aimez ?
 
J'ai aussi composé ma première affiche et mon premier carton d'invitation !
J'étais un peu crispé je dois dire en envoyant les maquettes à l'artiste.
Mes connaissances de PhotoBidule ne me laissent en effet pas encore beaucoup de marges de créativité.
Mais il a répondu dans l'heure que cela lui plaisait.
Ouf ouf hein.
J'avais surtout peur qu'il me demande de détourer son bordel !
Reste l'épreuve de l'impression !
J'ai un dégradé de gris en fond sur les deux supports qui me laisse un peu anxieux. Le rendu des couleurs aussi bien sûr.
Vivement que je maitrise ces points !
 
Demain je me replonge dans le site !
Putain quel bordel.
En apprenant parallèment par moi même je découvre que la petite collègue qui m'a précédé a produit en fait un véritable travail de souillon et n'a rien compris à l'esprit des feuilles de style. Pas même au XHTML, des tas de balises obsolètes truffant son source.
Je croyais le site bien conçu avant que je ne m'initie aux CSS et c'est loin d'être le cas.
En conclusion tout sera progressivement à refaire au fur et à mesure de mon propre apprentissage !
C'est chiant mais je suis assez content quand même.
Cela me laisse un an pour me faire la main en exercice réel sur les deux sites, celui de la galerie et celui de l'arthotèque et devenir ainsi un cador du design web :-) Allons, soyons fous !
J'ai trouvé mon maitre sur le sujet.
Il s'appelle Andy Clarke. Son bouquin Transcender CSS chez Eyrolle montre l'extraordinaire richesse de ces techniques.
Mais là pour le moment je me sens tout petit je dois dire.
Mais chaque chose en son temps ....
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 06:55
Une bonne semaine déjà que j'ai pris mes quartiers à la Galerie.
Cela se passe plutôt bien même si je patine sérieusement pour assimiler les outils.
Essentiellement Photoshop et les CSS.
Une vraie galère en vérité.
Je bosse pas mal en dehors pour me mettre au parfum.
En attendant je bricole.
C'est toujours très inconfortable d'apprendre en même temps qu'on doit faire.
Exercices sans filet en somme.
 
J'ai appris que la jeune femme qui m'a précédé et qui m'a offert en tirant la gueule une demi heure de son temps la semaine passée a elle bénéficié à ses débuts de dix jours d'accompagnement par celle qu'elle remplaçait.
Eh oui ça change la donne et aide à s'adapter au poste.
J'ai un patron pas méchant qui a conscience de cet état de fait mais il n'empêche que les expos arrivent et ne souffrent pas de temps mort.
Les affiches, les invitations, les impressions, les annonces sur sites, les mises à jour, les communiqués ... etc ne peuvent pas attendre.
Les artistes payent pour être là et se moquent de ces détails.
Eh oui ils payent pour exposer. J'étais naïf et je ne savais pas .
J'ai aussi appris que certaines galeries retiennent jusqu'à 70 % de commission sur les ventes !
 
J'ai une grande hâte de maitiser tout ça pour véritablement m'occuper de communication.
Parcequ'il y en a un sacré besoin.
Aucune visibilité sur le web et beaucoup de difficultés pour figurer dans la presse.
Ce qui veut dire en clair pas grand monde dans la galerie.
 
Et puis à partir de mardi qui vient mon patron s'absente pendant dix jours !
Je serai donc presque seul pour gérer la boutique, le lancement de la prochaine expo et déjà la préparation de la suivante. Plus quelques autres bricoles.
Cool !
Je suppose que je dois inspirer une certaine confiance pour qu'on me laisse ainsi le bidule après à peine plus de deux semaines de présence !
A moins que je ne sois tombé chez des fous !
Il ne faut pas non plus dramatiser. Les choses font parfois un peur simplement parcequ'elles sont nouvelles.
 
Un petit sondage pendant que je vous tiens :-)
A propos de la location d'oeuvres d'art que l'association souhaite développer.
Le concept ne semble pas encore très répandu dans notre pays. Personnellement je trouve ça assez sympa comme idée.

 

 
Il est un peu zarbi le sondage de weborama. Il faut cliquer sur résultat pour valider sa réponse.

En attendant vivement demain samedi fin d'après midi que je retrouve mon fils.
Parcequ'entre les vacances et mes nouveaux horaires cela fera une semaine et demie que je ne l'ai pas vu.
La maman à finalement répondu et se dit prête à s'adapter à la nouvelle configuration.
A voir ....

.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
26 octobre 2008 7 26 /10 /octobre /2008 09:46
Il y a quatre jours que surtout préoccupé de mon job je ne lis ni n'écoute l'actualité.
Après la lecture de cet article du monde "25000 milliards de dollars évanouis" je peux aller m'enfouir sous la couette la tête remplie des pires cauchemards !
Les chiffres donnent  le tournis mais illustrent aussi la déconnexion entre la sphère financière et le monde réel. Si les bourses ont perdu la moitié de leur capitalisation le monde ne s'est pas arrêté pour autant de tourner dans la même proportion.
 
Loin de ce tumulte effréné j'ai fais moi mes premiers pas dans ma galerie.
Des heures qui ont surtout consisté à la prise en main des outils et des méthodes de travail.
N'ayant personne pour m'expliquer les choses je me débrouille comme je peux.
Mon patron est presque toujours avec moi mais il ne m'est pas d'une grande utilité.
J'ai laborieusement fait une seconde affiche avec Photoshop et fais partir mes premiers communiqués de presse. J'actualise surtout pour le moment les versions précédentes.

J'essaye mes différentes casquettes. Infographiste, webmaster, chargé de com, vendeur, serveur aussi puisque la galerie fait également café. Très modestement il faut dire pour cette dernière activité. J'en ai servi trois en trois jours. Autant dire que sur le sujet je ne suis pas débordé.
J'ai même passé un coup de balai. C'est dire la polyvalence de ce poste :-)
J'ai aussi commencé l'audit de référencement web. Ce qui me laisse entrevoir le travail a effectuer tant en terme de référencement que de modification du site pour en faire un véritable outil de communication.
 
Je ne sais pas trop encore quelles marges de manoeuvre je vais avoir mais le challenge parait intéressant.
En presque trois ans d'existence le site ne draine que 5 à 600 visiteurs par mois et n'est présent dans les premiers résultats de Google sur aucun de ses mots clés.
Il n'y a pas trente six mille moyens pour une galerie d'art de se faire connaitre et de promouvoir ses expositions.
Les canaux traditionnels sont le bouche à oreille, l'affichage et la presse écrite.
Le web restant encore le parent pauvre.
Etonnant alors que mes premières analyses, sur seulement quatre mots clés, me permettent déjà de cibler un potentiel de 4000 visiteurs. Il reste juste amener le bidule en première page Google. Un détail ! :-)
 
J'ai également croisé mes premiers artistes et mes premiers visiteurs.
J'aurais certainement l'occasion de reparler de ces deux populations bien particulières.
 
Je m'en vais aller maintenant jouer un peu avec Photoshop et les CSS.
Si le site est peu communiquant il est par contre très bien conçu.
Eh oui adieu Dreamweaver, mes calques et mes bon vieux tableaux imbriqués.
Je râle de devoir changer mes habitudes mais je suis en même temps content de devoir les bousculer et de dépoussierer mes us et coutumes qui datent maintenant d'un autre siècle.
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
22 octobre 2008 3 22 /10 /octobre /2008 10:04
C'est demain Jeudi que commencera officiellement ma nouvelle vie de galériste.
J'ai néanmoins passé hier une partie de l'après midi là bas.
 
D'abord pour me faire expliquer l'organisation des timing des différentes opérations, expos, conférences, voyages culturels, par la jeune femme que je remplace et qui a bien voulu venir passer un petit moment avec moi.
Celle-ci étant si j'ai bien compris partie en assez mauvais termes sa présence hier était pour le moins contrainte et sa présentation des plus superficielle et rapide.
En résumé et sans le dire c'était "bienvenue et demerdes toi !"
 
Il y avait aussi l'urgence d'une affiche à faire et qui doit partir aujourd'hui à l'impression.
Et du coup rencontre avec Photoshop !
J'ai toujours évité jusqu'à présent de faire croiser mon chemin avec ce logiciel. Pour mes besoins d'images Web, Fireworks et Paint Shop pro m'ont toujours suffit.
Ah c'est quelque chose ! Quelle usine !
Cela me fait un peu l'effet que vous voyez sur la vignette qui illustre ce billet.
Heureusement qu'un autre membre de l'association, photographe de son état je crois, était là pour guider mes pas dans cet incroyable labyrinthe de commandes et de palettes.
 
C'est un contrat de 12 mois que j'ai finalement signé !
C'est la fête du slip dans l'univers des contrats aidés.
Il y a à peine plus d'un an les CAV étaient soudainement ramenés et limités à 6 mois.
Branle-bas de combat et panique dans le monde associatif qui se nourrit goulûment de ces contrats de précarité sous couvert d'insertion. Il n'y en a en effet pas une sur dix qui remplit ses obligations de formation et d'accompagnement, sinon sur le papier.
Et puis combien de structures qui n'ont d'associatif que le statut juridique ?
A but non lucratif tel que le définit la loi de 1901 n'est pas synonyme de caritatif.
C'est d'ailleurs un abus de langage qui laisse à croire dans l'esprit de beaucoup que les associations n'ont pas le droit de faire des bénéfices et que d'une certaine manière l'argent est pour elles accessoires !!!
Je ne veux pas mettre tout le monde dans le même panier mais il y a quand même une dérive assez malsaine vers une exploitation de la précarité qui s'institutionalise progressivement.

Voilà en tous cas les contrats d'avenir de nouveau sans crier gare étendus sur un an !
Allez savoir pourquoi :-))
Eh oui ça mérite au moins deux smiley.
A compter de Jeudi je ne suis en effet plus comptabilisé comme chômeur. Et en cette période il vaut quand mieux me caser pour un an !
Variable d'ajustement, facteur de régulation ...
On est réduit à peu de choses ! :-)
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 06:56
Le président de la galerie m'a appellé hier soir vers 20 heures pour me dire que c'était OK pour eux.
J'ai répondu que c'était OK pour moi.
Tu parles !
Il reste à faire valider le contrat par l'ANPE et le Département.
 
Me voilà donc chargé de communication d'une galerie de peinture !
C'est marrant mais j'ai quelques réticences à me le dire et l'écrire.
Echaudé à plusieurs reprises par les ronflantes et pompeuses définitions de poste je reste sur mes gardes.
 
Je suis impatient.
Je suis content.
Je suis soulagé.
 
Je ne saute pas non plus au plafond. Ce n'est qu'un contrat d'avenir. Ce qui signifie un CDD de 6 mois renouvellable de 26 heures sur la base du Smic.
La galère sera moindre mais je reste en zone rouge ... et en recherche d'emploi, pérenne et sous forme de CDI comme il m'a fallu le réciter à la lamentable assistante sociale de vendredi.
Je ne boude pas mon plaisir. Je suis seulement lucide sur la situation.
 
Il me reste aussi à revoir les modalités pour voir mon fils. Les horaires de la galerie chamboulent totalement l'organisation actuelle.
Cela va dépendre du bon vouloir de la maman. J'espère ne pas avoir à redemander une convocation chez le juge pour faire valoir cette nouvelle configuration.
 
Allez, sourions :-)
 
.
Repost 0
Published by Eric - dans jobjobjob
commenter cet article